Les palaces de la province orientale de l’Arabie saoudite racontent l’histoire de leur riche passé

Diffuser l'info

02/01/19

Le palace comprend plusieurs tours de guet militaires. (Fourni)
De nombreux palais historiques du royaume combinent des styles architecturaux modernes et islamiques typiques de l’époque. (SPA)
 
  • Les experts estiment que ces palaces ont joué un rôle important dans les débuts de l’histoire du royaume.
  • Wael Hassan, expert en archéologie, a expliqué que les barrières du palace comprennent un certain nombre de points de vue offrant une vue sur toute la région et de petites ouvertures pour les fusils et les canons.
DJEDDAH : Le premier palace d’Emara, construit il y a plus de 65 ans, symbolise la riche histoire de la province orientale du royaume, abritant de nombreux sites archéologiques et historiques qui attirent les visiteurs depuis des années.
Autrefois connu sous le nom de Saleh Islam Palace, il constitue l’un des sites les plus importants de la région, en plus de la citadelle de Dammam.
Le palace, qui s’étend sur une superficie de la taille d’un terrain de football, porte l’architecture du Golfe typique de l’époque, ce qui en fait un symbole du patrimoine culturel de la région.
Ce palace de cinq étages se distingue par ses grandes colonnes à la décoration complexe qui décorent la structure de l’extérieur.
Abdellatif Al-Bunyane, directeur de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (SCTH) pour la province de l’Est, a déclaré que des délégations étrangères étaient officiellement hébergées au palace. Le siège du palace a été transféré de la région d’Al-Hassa à Dammam, ce qui en fait le point de repère officiel de la ville.
Le palace Ibrahim à Al-Hufuf
Construit il y a près de 500 ans, le palace Ibrahim à Al-Hufuf est l’un des monuments les plus importants de la région d’Al-Hassa.
S’étendant sur 16 500 mètres carrés, le palace associe des styles architecturaux moderne et islamique typiques de l’époque.
Le palace comprend plusieurs tours de guet militaires. Il aurait été renommé après Ibrahim bin Afysan, un architecte qui a rénové le palace en 1801.
Son empreinte locale réside dans les dômes et les arches qui caractérisent ses plafonds.
Le palace est devenu le symbole de la richesse financière de la région. Il a été construit le long d’une voie commerciale vitale qui le relie au reste du monde.
Le roi Abdelaziz Al-Saoud a ajouté une nouvelle dimension au palace lorsqu’il a dirigé Al-Hassa en 1913.
Il a renforcé la structure avec des dômes islamiques et d’énormes tours de style militaire, ainsi que des casernes de soldats dans le pavillon oriental du palace.
Les murs sont un mélange de boue et de paille locales, tandis que les toits sont composés de troncs de palmiers, de bois et de pierre.
Le palace abrite également une mosquée représentée par plusieurs dômes et un minaret avec un escalier en colimaçon en pierre. Il a une énorme porte en bois avec une clé en bois sur un côté, tandis que la chambre du mouezzin (une pièce à partir de laquelle quelqu’un appelle à la prière) est décorée de volets en bois.
Le palace comprend un pavillon de service, des écuries, des chambres pour les officiers, un dépôt de munitions, des toilettes et plusieurs tours avec des salles de communication.
Le palace est également caractérisé par des casernes pour les soldats d’Al-Hassa de l’époque. Au milieu de cette caserne se trouve une cabine de commandement centrale avec un double escalier, qui n’est utilisé que par les officiers et les administrateurs. En fait, la cabine de commandement se situe au milieu du pavillon oriental du palace et est divisée en quatre salles avec deux salles de réception. La cabine donne sur l’ensemble du palace et n’est accessible que par des gardes. Les deux chambres situées au dernier étage ont leurs propres escaliers.
Wael Hassan, expert en archéologie, a expliqué que les barrières du palace comprennent un certain nombre de points de vue offrant une vue sur toute la région et de petites ouvertures pour les fusils et les canons.
Au milieu du palace se trouve une grande salle qui permettait aux soldats de regarder par la clôture les intrus.
Hassan a souligné que le palace avait subi plusieurs restaurations au cours des dernières décennies afin de préserver son style architectural. Il a déclaré que le palace avait été ouvert aux visiteurs et que la SCTH continuait d’organiser des conférences et des séminaires à l’intérieur du palace afin de sensibiliser à l’histoire et à l’archéologie de la région.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info