Les pèlerins célèbrent de l’Aïd à La Mecque en un mélange de couleurs et de cultures

Diffuser l'info

05/06/19

Les villes de La Mecque et Médine accueillent depuis longtemps des pèlerins. (Photo AN / Tariq Al-Thaqafi)

LA MECQUE: Les places entourant la Sainte Mosquée de La Mecque sont devenues une scène pleine de couleurs aujourd’hui, alors que les pèlerins du monde entier passaient l’Aïd Al-Fitr dans l’une des villes les plus saintes de l’islam.

On peut voir les enfants porter un mélange de vêtements saoudiens traditionnels, tandis que de jeunes garçons tentent de revêtir le ghutra traditionnel (coiffe).

Le pèlerin indien Mohammed Raihan a souligné que les pèlerins indiens étaient désireux de porter des vêtements traditionnels d’Aïd. Il portait des vêtements élégants et riches en couleurs, bien que ses pairs préfèrent le «Kurta Pyjama», la tenue indienne blanche de la majorité musulmane de l’État du Kerala.

Yaqoob Mohamed Abdullah, du Niger, a déclaré que ses vêtements traditionnels consistaient en trois pièces brodées – un pantalon, un chapeau et une chemise. Il a expliqué que l’héritage africain se résumait aux couleurs fortes en tant qu’expression de l’importance de l’événement.

Le pèlerin indien Mohammed Atif a souligné qu’il s’agissait de son premier Aïd à l’étranger et qu’il le trouvait complètement différent du point de vue du sens de la fraternité et de l’amour parmi ce mélange de peuples, de traditions, de cultures et de nationalités.

Broderie

Un autre pèlerin indien, Rahman Akbar, a ajouté que les Indiens étaient attachés à leurs traditions malgré leur contact avec de nombreuses cultures et leur migration vers l’Europe et l’Amérique.

Zakia Hajji, du Nigéria, a déclaré qu’elle s’était assurée de porter son vêtement traditionnel vif, constitué d’un bandeau vert avec des broderies brillantes et de longues capes amples. Les vêtements traditionnels, a-t-elle déclaré à Arab News, sont très importants, pour que les hommes et les femmes comprennent le sens et l’importance de la célébration de l’Aïd.

Fatima, de Malaisie, a déclaré que de nombreuses femmes musulmanes portaient des pantalons, des jupes et des foulards, et que les femmes malaisiennes avaient des goûts différents de ceux des Indiennes qui préféraient porter le sari et le salwar, tandis que les hommes portaient le «pyjama kurta».

Les villes de La Mecque et de Médine ont une longue tradition d’accueil de pèlerins. Nombre de leurs coutumes et traditions persistent encore et peuvent être appréciées par tous, une demeure ailleurs pour les voyageurs religieux.

Des restaurants indonésiens, africains, indiens, afghans et pakistanais, ainsi que des boutiques spécialisées, sont disséminés dans les villes pour permettre aux pèlerins de se rendre et d’acheter des articles qui leur rappellent leur chez-soi.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info