Les réformes du CCG changent la vie des femmes

Diffuser l'info

14/02/20

Il existe de nombreux exemples de la manière dont le rôle fondamental des femmes dans la stimulation de la croissance économique a été reconnu par les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) – Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et Émirats arabes unis.

Ces dernières années, les économies du CCG ont mis en œuvre des réformes ambitieuses pour renforcer l’inclusion économique des femmes. Ces réformes ont amélioré l’accès des femmes à l’éducation, aux soins de santé et à l’emploi et ont encouragé les femmes à participer à la vie politique. Les réformes qui ont eu lieu en Arabie saoudite ont fait en sorte que 30 femmes ont été nommées pour la première fois au Conseil saoudien de la Shoura en 2013 et 17 femmes ont été nommées à des sièges municipaux en 2015.

Le rapport annuel de la Banque mondiale sur les femmes, les entreprises et la loi 2020 (WBL) met en évidence les réformes importantes introduites dans le monde au cours des deux dernières années concernant l’autonomisation économique des femmes.

Cette année, l’Arabie saoudite a été reconnue comme le premier réformateur mondial, après la promulgation de réformes révolutionnaires soutenant la participation des femmes à l’économie. Les Émirats arabes unis et Bahreïn figurent parmi les 10 meilleurs améliorateurs mondiaux, et dans la région MENA, la Jordanie et la Tunisie ont également obtenu des scores élevés. Nous espérons que cette forte dynamique de réforme au sein du CCG se poursuivra et que nous verrons de nouvelles réformes dans le reste de la région MENA. Je voudrais souligner certaines des améliorations historiques introduites dans le CCG.

L’Arabie saoudite a augmenté son score sur l’indice WBL de 38,8 points au cours des deux dernières années et a progressé de 60 positions. L’Arabie saoudite a adopté des réformes révolutionnaires dans six des huit indicateurs couverts par l’indice, dont quelques-uns ont retenu l’attention du monde entier. Le pays a accordé une plus grande liberté de mouvement aux femmes – elles n’ont plus besoin de la permission d’un tuteur masculin pour voyager à l’étranger ou pour obtenir un passeport. Le Royaume a également modifié la loi sur l’état civil pour permettre à une femme de choisir où habiter de la même manière que les hommes, et autoriser les femmes à être chef de famille de la même manière que les hommes.

De nouveaux amendements juridiques protègent les femmes sur le marché du travail contre la discrimination, notamment en criminalisant le harcèlement sexuel dans l’emploi, en interdisant aux employeurs de licencier une femme pendant la grossesse et le congé de maternité et en égalisant l’âge de la retraite pour les femmes et les hommes à 60 ans, prolongeant ainsi la vie professionnelle des femmes, leurs gains et contributions. L’Arabie saoudite a également encouragé l’entreprenariat féminin en interdisant la discrimination fondée sur le sexe dans l’accès aux services financiers.

Environ 6 millions de femmes saoudiennes de plus de 21 ans bénéficient de ces changements. Les réformes, qui ont été menées par le Ministère du commerce et de l’investissement, reflètent la compréhension du gouvernement selon laquelle les femmes jouent un rôle majeur dans la réalisation de l’objectif de la Vision 2030 d’augmenter la participation des femmes au marché du travail de 22% à 30%.

Les EAU ont la deuxième plus grande amélioration au monde sur l’indice WBL de cette année et ont mis en œuvre des changements dans cinq des indicateurs mesurés. L’effort de réforme a été la continuation de réformes menées par le Conseil pour l’équilibre entre les sexes, l’agence fédérale chargée de mettre en œuvre des initiatives visant à améliorer la représentation des femmes dans les secteurs privé et public du pays. Des réformes importantes ont été apportées, notamment en autorisant les femmes mariées à demander un passeport sans le consentement écrit de son mari, en interdisant la discrimination fondée sur le sexe dans l’emploi, en introduisant des sanctions pour harcèlement sexuel dans l’emploi, en levant les restrictions sur le travail des femmes la nuit et dans certaines industries, et en autorisant les femmes à être chef de famille au même titre que les hommes.

À Bahreïn, les réformes en cours ont été menées par le Conseil suprême des femmes, qui a introduit l’adoption de dispositions sur le harcèlement sexuel dans l’emploi, telles que des sanctions pénales pour les coupables. Bahreïn a également commencé à permettre aux femmes d’être reconnues comme chefs de famille.

Ces programmes de réforme réussis améliorent considérablement la vie des femmes et inspirent la région à avancer dans ce programme, en particulier alors que Dubaï se prépare à accueillir le Sommet régional MENA de la Women Entrepreneurs Finance Initiative (We-Fi) du 16 au 17 février 2020 dans le cadre de leur Forum mondial des femmes. We-Fi est une plate-forme mondiale hébergée par la Banque mondiale dédiée à l’avancement des femmes entrepreneurs dans les économies en développement grâce à un partenariat collaboratif de 14 gouvernements et autres institutions. Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont été des partenaires clés de We-Fi, promettant 100 millions de dollars à l’initiative. Grâce à de tels engagements, nous espérons voir l’élan des réformes se poursuivre au sein du CCG et la participation économique des femmes s’accroître continuellement.

  • Issam Abousleiman est le directeur régional de la Banque mondiale pour les pays du CCG, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Son expertise régionale comprend l’Afrique, l’Asie, l’Europe, l’Amérique latine et les régions du Moyen-Orient.

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info