Les relations saoudo-américaines sont la pierre angulaire de la stabilité mondiale

Diffuser l'info

14/02/20

Descriptif de l’image: Le roi Abdul Aziz, le fondateur de l’Arabie saoudite, arrive à l’USS Quincy. (Bibliothèque et musée présidentiels Franklin D. Roosevelt)

Il y a soixante-quinze ans, le président américain Franklin Delano Roosevelt a rencontré le Premier ministre soviétique Joseph Staline et le Premier ministre britannique Winston Churchill pour commencer à planifier le relèvement de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale.

À la suite de la conférence de Yalta, le président Roosevelt n’a pas immédiatement entamé son retour d’une semaine aux États-Unis; au lieu de cela, il a prévu un arrêt supplémentaire.

Une rencontre avec le roi d’Arabie saoudite Abdul Aziz au croiseur de USS Quincy dans le Grand lac Amer sur le canal de Suez.

Ce serait la première et la seule réunion de ces deux leaders historiques influents.

Le roi Abdul Aziz, fondateur et premier roi de l’Arabie saoudite moderne, était un guerrier du champ de bataille qui, en tant que jeune homme, a étendu et unifié le Royaume.

Franklin Delano Roosevelt, vainqueur de quatre élections présidentielles américaines et auteur du New Deal (Nouveau Donne) transformationnel, a guidé les États-Unis à travers deux des principales crises du XXe siècle – la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale.

Ce fut un tournant dans l’histoire du monde. Le roi Abdul Aziz et le président Roosevelt ont tous deux compris que l’enjeu était bien plus que la reprise immédiate de l’Europe et de l’Allemagne de l’après-guerre.

Ces deux dirigeants y ont vu le moment de nouvelles alliances et partenariats qui élargiraient les relations bilatérales existantes, forgeraient de nouveaux liens économiques et créeraient de nouvelles institutions internationales qui seraient essentielles pour la paix et la sécurité mondiales.

Les deux dirigeants ont reconnu que l’établissement d’une stabilité mondiale soutenue et durable nécessiterait de nouvelles obligations internationales – et que si les États-Unis et l’Arabie saoudite devaient aider à développer cette nouvelle approche de la sécurité collective mondiale – les dirigeants et les deux nations devraient regarder au-delà des leurs intérêts provinciaux.

Il s’est avéré que ce qui était bon pour les deux nations était également bon pour le monde.

Le roi et le président ont vu qu’un partenariat révolutionnaire entre l’Arabie saoudite et les États-Unis allait à la fois transformer la région et remodeler diplomatiquement le monde.

L’Arabie saoudite deviendrait le premier allié des États-Unis au Moyen-Orient.

L’Arabie saoudite a choisi les États-Unis comme son premier allié international – une décision qui calibrerait vraiment l’équilibre du pouvoir mondial dans la région – non seulement immédiatement, mais pour les décennies à venir.

Le partenariat saoudo-américain est devenu, et demeure toujours, une pierre angulaire de la sécurité et de la stabilité mondiales.

Mais lorsque le roi Abdul Aziz et le président Roosevelt se sont rencontrés, rien au sujet de la rencontre entre ces deux hommes n’était garanti.

La simple convocation de la réunion elle-même était dangereuse.

La guerre n’était pas encore terminée.

Notre amitié est devenue essentielle pour préserver la paix et la stabilité mondiales et favoriser la prospérité économique. La princesse Reema bint Bandar Al-Saud

Personne ne savait même si ces deux hommes, avec apparemment peu de choses en commun, s’entendraient vraiment – la première étape essentielle de toute relation entre nos deux nations.

Mais ils l’ont fait …

Ils ont trouvé un terrain d’entente, un respect mutuel et un engagement commun à rassembler nos nations dans une relation qui transcenderait les bosses et les difficultés des différences et des défis politiques et diplomatiques quotidiens – les deux nations étant toujours capables de garder à l’esprit le grand image, les liens profonds entre nos nations, l’importance vitale de notre alliance pour la sécurité régionale et mondiale.

Notre amitié est devenue essentielle pour préserver la paix et la stabilité mondiales et favoriser la prospérité économique.

Il s’agit d’un partenariat qui permettrait à nos deux nations de travailler ensemble et de lutter ensemble pour vaincre les ennemis communs et affronter le terrorisme et l’extrémisme.

Un partenariat qui permettrait à nos deux nations de renforcer le développement économique international et de garantir que les avantages de ce développement étaient largement et équitablement partagés.

Un partenariat qui stabiliserait les marchés mondiaux de l’énergie, car l’Arabie saoudite et les États-Unis ont coopéré pour assurer la sécurité de l’approvisionnement énergétique.

Et ce fut une relation solide – une relation qui a produit des avantages extraordinaires pour les deux nations et qui continue de le faire.

Au cours des 75 années qui ont suivi cette réunion, l’alliance saoudo-américaine a:

s’est associé pour vaincre le communisme;
essuré la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie;
inverseé l’invasion de Saddam Hussein au Koweït;
mené une campagne mondiale pour éliminer Al-Qaïda et l’Etat Islamique (ISIS);
Coordonné les éfforts de lutte contre le terrorisme qui ont sauvé des milliers de vies innocentes;
Et a apporté un développement économique sans précédent au monde arabe.

C’est l’héritage du roi Abdul Aziz et du président Roosevelt et leur rencontre il y a 75 ans …

Une relation entre nos deux nations qui reste forte…

Une relation qui continue d’être une force de prospérité et de paix…

Un partenariat qui assure la stabilité et la sécurité…

Et une amitié qui favorise le dialogue et la compréhension.

La princesse Reema bint Bandar Al-Saud est l’ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis

Désistement: les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info