Nomura au Moyen-Orient: les relations commerciales entre l’Arabie saoudite et le Japon vont au-delà du pétrole

Diffuser l'info

13/01/20

  • Makoto Kinone s’entretient avec Arab News lors de la visite du Premier ministre japonais Abe dans le Golfe.
  • Il considère la région comme un endroit pour faire des affaires et renforcer les relations entre le Japon et l’Arabie saoudite.

DUBAI: Makoto Kinone est à la tête des principales opérations bancaires d’investissement au Moyen-Orient pour Nomura International, la branche étrangère de l’une des plus grandes et des plus anciennes banques du Japon.

Nomura est impliquée dans la région – principalement l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn – depuis plusieurs décennies et a conseillé ses clients sur des milliards de dollars de financement du commerce et de transactions commerciales. Elle possède également une importante activité de gestion d’actifs dans la région.

À la veille de la visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe dans le Golfe, Kinone a expliqué à Arab News comment il considérait la région comme un endroit pour faire des affaires et le renforcement des relations entre le Japon et l’Arabie saoudite.

Q: Pouvez-vous expliquer le contexte de la présence de Nomura au Moyen-Orient. Dans quels projets avez-vous été impliqué ici, en Arabie Saoudite en particulier?

R: Présent dans la région du Moyen-Orient depuis 1974, Nomura entretient des relations de longue date avec les organismes gouvernementaux saoudiens, les institutions financières et les entreprises.

Nomura a été agréée en tant que banque d’investissement par la Capital Market Authority en mai 2008 et a commencé ses opérations en juillet 2009, devenant la première entreprise asiatique autorisée à fournir des services bancaires d’investissement dans le Royaume.

Nomura Saudi Arabia se concentre sur l’organisation et le conseil en valeurs mobilières et a fourni un certain nombre de solutions personnalisées à ses clients.

Plus récemment, Nomura a agi en tant que seul conseiller financier d’une des plus grandes sociétés pétrochimiques du Royaume, dans le cadre d’une transaction de vente dans le domaine des fusions et acquisitions.

Q: Quelles sont selon vous les synergies entre le Japon et l’Arabie saoudite d’un point de vue commercial et financier?

R: Du point de vue culturel, le Japon et l’Arabie saoudite ont certains points communs – la valeur des relations à long terme, la nécessité d’un équilibre et une délibération minutieuse dans la prise de décision. Cela se traduit dans le monde des affaires et financier où la croissance des accords commerciaux et économiques entre les deux pays a été stable.

Q: Le Japon est un gros importateur de pétrole brut du Royaume, mais cette relation s’étend-elle au-delà du commerce du pétrole?

R: Bien que la relation commerciale actuelle soit dominée par le commerce lié à l’énergie, l’accent a été mis sur la recherche de moyens de promouvoir une relation équilibrée (coopération dans des domaines tels que la technologie, l’industrie générale, la sécurité et la finance) qui est mutuellement bénéfique pour les deux pays.

Q: Quelle est l’évaluation de Nomura de la situation économique actuelle au Japon?

R: Le Japon continue de faire face à des vents contraires nationaux et internationaux. Le vieillissement de la population au pays, ainsi que le ralentissement conjoncturel de l’économie mondiale et l’incertitude politique internationale, ont eu un impact.

Cela dit, les macro-fondamentaux montrent que le ralentissement cyclique du Japon, qui se poursuit depuis 2018, touche à sa fin. La croissance économique intérieure devrait commencer à s’accélérer, mais pas avant la fin de cette année.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info