Rheinmetall projette de poursuivre l’Allemagne contre l’embargo sur les armes saoudiennes: Spiegel

Diffuser l'info

20/01/19

Spiegel a déclaré que Rheinmetall pensait pouvoir réclamer une indemnisation car la décision du gouvernement touchait des exportations déjà approuvées. (Fichier photo: AP)

Le fabricant allemand d’armes Rheinmetall envisage de poursuivre le gouvernement pour sa décision d’interrompre toute exportation d’armes vers l’Arabie saoudite après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, a rapporté dimanche Spiegel Online.

Citant une lettre au ministère de l’Économie, Spiegel a déclaré que Rheinmetall avait l’intention de poursuivre le gouvernement allemand en justice pour perte de revenus si la suspension des exportations persistait.

Berlin a suspendu l’approbation des futures licences d’exportation vers l’Arabie saoudite en octobre et, en novembre, la capitale a déclaré qu’elle avait collaboré avec l’industrie pour mettre un terme aux livraisons d’armes déjà approuvées.

Aucun calendrier spécifique n’a été donné à ce moment-là, mais des sources de l’industrie ont indiqué à Reuters qu’un accord avait été conclu pour réexaminer l’affaire à la mi-janvier.

La semaine dernière, le ministère de l’Économie a déclaré que le gouvernement n’avait toujours pas l’intention d’approuver les exportations d’armes à destination de l’Arabie saoudite.

Sans citer de source, Spiegel a déclaré que Rheinmetall pensait pouvoir prétendre à une indemnisation, car la décision du gouvernement touchait des exportations déjà approuvées.

La direction craint que ses actionnaires ne poursuivent Rheinmetall si la société n’exige pas d’indemnisation pour les pertes subies, a ajouté Spiegel.

«Nous ne pouvons pas commenter sur des décisions individuelles, des révocations possibles ou des mesures individuelles», a déclaré le ministère de l’Économie dans un communiqué par email.

Un porte-parole de Rheinmetall a refusé de commenter sur le rapport.

Spiegel a précisé que la suspension des exportations avait une incidence sur 2 milliards d’euros de marchandises, dont quatre systèmes de radar Cobra construits par un consortium comprenant les sociétés française Thales, Airbus et Lockheed Martin, aux États-Unis.

Cet article a été publié pour la première fois dans Al Arabiya English

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Al Arabiya English


Diffuser l'info