Suivez les règles du Hajj pour un pèlerinage sans problème

Diffuser l'info

07/08/19

C’est de nouveau la saison du Hajj et l’Arabie saoudite déploie, comme à son habitude, des efforts considérables pour que chaque pèlerin puisse s’acquitter de son devoir spirituel. Cependant, les droits entraînent des responsabilités et il faut éviter les irrégularités, à la fois des pèlerins et de ceux qui les servent.

L’une des infractions les plus courantes commises pendant le pèlerinage consiste à participer au pèlerinage sans autorisation légale. Quiconque tente de le faire sera empêché d’entrer à La Mecque.

Le ministère du Hajj et de l’Omra a également mis en garde contre le recours aux entreprises de services de pèlerinage fantômes et exhorte chacun à contribuer à l’application des règles et règlements du Hajj en signalant immédiatement toute entreprise de ce type aux autorités compétentes.

Fournir un moyen de transport aux personnes qui ne sont pas autorisées à se rendre à La Mecque constitue également un délit et les peines sont sévères. Ceux qui commettent des infractions pour la première fois peuvent être condamnés à une amende de 10 000 RS (2666 USD) et à 10 jours d’emprisonnement. Une seconde infraction est passible d’une amende de 25 000 RS et d’une peine d’emprisonnement de 2 mois et une troisième infraction est passible d’une amende de 50 000 RS et six mois d’emprisonnement. Si l’auteur de l’infraction est un expatrié, il sera expulsé une fois les sanctions terminées et empêché d’entrer dans le royaume pendant une période spécifiée par la loi.

En outre, le ministère public confisquera le véhicule en cause et le nom du contrevenant ainsi que les peines infligées soient rendus publics.

Le ministère de l’Intérieur a attiré l’attention sur ces problèmes à plusieurs reprises au fil des ans, mais les infractions continuent à se produire. Déjà en cette saison du Hajj, plus de 329 000 personnes sans permis ont été empêchées d’entrer à La Mecque, ainsi que près de 150 000 véhicules, 15 chauffeurs ont été arrêtés pour avoir transporté illégalement des pèlerins et 181 bureaux factices du Hajj ont été fermés.

La fin du Hadj ne signifie pas nécessairement la fin des irrégularités. Les pèlerins qui restent dans le royaume après l’expiration de leur visa du Hajj peuvent être condamnés à une amende de 15 000 RS, à une amende de 25 000 RS et à trois mois d’emprisonnement pour une deuxième infraction et à une amende de 50 000 RS et à six mois de prison pour une troisième avec expulsion dans tous les cas.

Les campagnes de sensibilisation des agences gouvernementales du Royaume ont eu beaucoup d’impact. Ces compagnes étaient diffusées dans de nombreuses langues et par le biais de canaux internationaux, offrant des conseils sur le Hajj et les pièges à éviter.

Le pèlerinage du Hajj est un grand devoir sacré et les règles doivent être respectées pour que tout le monde puisse effectuer le pèlerinage avec sincérité et en toute sécurité.

Dimah Talal Alsharif est une conseillère juridique saoudienne, chef du département du droit de la santé du cabinet d’avocats Majed Garoub et membre de l’Association internationale des avocats. Twitter: @dimah_alsharif

Avertissement: les opinions exprimées par les auteurs de cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info