Ula-marée mélodieuse en hiver à Tantora

Diffuser l'info

20/01/19

La photo montre une vue de la nouvelle salle de concert Maraya (en arabe « Miroir ») construite à cet effet, accueillant le premier carnaval de musique « Hiver à Toranta »dans les ruines d’Al-Ula, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO situé au nord-ouest de l’Arabie saoudite. – AFP

AL-ULA, Arabie Saoudite – Baignés de lumière, des musiciens entonnent des mélodies parmi des ruines préislamiques du désert du nord-ouest de l’Arabie saoudite, un héritage au cœur des efforts visant à placer le Royaume sur la carte du tourisme.

Organisé par le gouvernorat d’Al-Ula – où les tombes nabatéennes et les œuvres d’art sont ciselés dans un rocher de couleur caramel – «Hiver à Tantora» est le dernier festival de musique du royaume.

Répartis sur huit week-ends jusqu’au 9 février, les principaux événements sont organisés dans un auditorium en verre miroir qui a attiré des artistes internationaux, de la chanteuse libanaise Majida El Roumi au violoniste classique français Renaud Capuçon.

Et il met en lumière une zone isolée depuis longtemps, largement considérée comme un musée à ciel ouvert.

« L’Arabie saoudite tourne une nouvelle page », a déclaré Zeinab Al-Kadadi, un banquier basé à Riyad.

Agé de 29 ans, il a assisté à un week-end musical qui comprenait également la descente des dunes de sable – un sport d’aventure impliquant la conduite à travers des paysages désertiques difficiles – et la visite d’une gare de l’époque ottomane.

Le festival est perçu comme une ouverture en douceur d’Al-Ula, une région à peu près de la taille de la Belgique qui est présentée comme la pièce maîtresse des attractions saoudiennes, alors que le Royaume se prépare à s’ouvrir aux touristes internationaux.

Construire une industrie du tourisme à partir de zéro est au cœur d’un plan gouvernemental visant à préparer la plus grande économie du monde arabe à l’ère post-pétrolière, une ambition semée de défis.

«Les stéréotypes sont le principal obstacle», a déclaré Kyle Mijlof, un photographe de voyages âgé de 30 ans et originaire du Cap.

Le prince héritier Mohamed Ben Salmane, vice-Premier ministre et ministre de la Défense, a lancé de nouveaux cinémas, concerts et extravagances sportives.

Le Royaume a organisé un processus similaire en décembre pour un événement de sport automobile à Riyad, qui proposait des spectacles d’artistes comme Enrique Iglesias et David Guetta.

L’Arabie saoudite cherche à préserver les sites du patrimoine antérieurs à la vie du prophète Mahomet, au Liban, au VIIe siècle.

Avec le soutien de la France à Al-Ula, les équipes archéologiques entreprennent une vaste enquête sur les sites clés, qui comprend la numérisation via des hélicoptères, des satellites, des drones et une technologie de télédétection appelée Lidar.

Des complexes hôteliers cinq étoiles sont prévus pour accueillir des milliers de touristes. Les résidents locaux sont formés en tant que guides.

Al-Ula devrait s’ouvrir pleinement aux touristes étrangers d’ici trois à cinq ans, a déclaré un responsable de la Commission royale Al-Ula à l’AFP.

Il a ajouté que le projet visait à faire revivre la gloire du passé ancien de l’Arabie saoudite. «Pendant des années, nous avons été stéréotypés en tant que personnes qui ont des réserves d’essence dans leur cour», a déclaré le responsable.

«Nous changeons ce récit. Ce projet concerne la fierté nationale. »- AFP

La photo montre une vue de la nouvelle salle de concert Maraya (en arabe « Miroir ») construite à cet effet, accueillant le premier carnaval de musique « Hiver à Tantora »dans les ruines d’Al-Ula, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO situé au nord-ouest de l’Arabie saoudite. – AFP

Cet article a été publié pour la première fois dans Saudi Gazette

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Saudi Gazette


Diffuser l'info