Un envoyé de l’ONU attendu au Yémen alors que les tensions s’intensifient avec le lancement du missile Houthi

Diffuser l'info

Heure: Juillet 05, 2018

* Le porte-parole de Houthi menace plus d’attaques

* Les Griffiths de l’ONU attendus mercredi à Aden

* Une coalition affirme que les membres du Hezbollah ont été tués à Saada

Par Stephen Kalin et Mohammed Ghobari

RIYADH / ADEN, 25 juin (Reuters) – Le mouvement Houthi, aligné sur l’Iran, a tiré des missiles sur la capitale saoudienne Riyad dimanche soir, intensifiant les tensions avant la visite de l’envoyé spécial de l’ONU au Yémen pour tenter d’éviter une attaque militaire principale ville portuaire du pays.

Un porte-parole des Houthis a menacé d’autres attaques en réponse à l’offensive lancée par une coalition dirigée par l’Arabie saoudite le 12 juin pour prendre le contrôle du port de Hodeidah, une cible clé, afin d’affaiblir les Houthis en coupant leur principale ligne d’approvisionnement.

Les Nations Unies craignent qu’une attaque contre le port de la mer Rouge, une bouée de sauvetage pour des millions de Yéménites, ne déclenche une famine mettant en péril des millions de vies.

L’offensive pourrait également avoir des ramifications plus loin en raison du rôle du Yémen dans une guerre par procuration entre l’Arabie saoudite musulmane sunnite et l’Iran musulman chiite qui a alimenté l’instabilité à travers le Moyen-Orient.

La coalition a déclaré lundi que huit membres du groupe chiite Hezbollah libanais avaient été tués dans des batailles dans la région montagneuse de Saada dans le nord-ouest du Yémen, qui est tenue par les Houthis avec la capitale Sanaa.

Les responsables du Hezbollah n’ont pas pu être immédiatement contactés pour des commentaires, mais le groupe a précédemment nié les accusations saoudiennes selon lesquelles il aide les rebelles houthis.

L’émissaire américain Martin Griffiths devait arriver mercredi à Aden, dans le sud du pays, pour s’entretenir avec le président déchu Abd-Rabbu Mansour Hadi dans la capitale temporaire du gouvernement en exil, ont annoncé des responsables du gouvernement.

« Il ne sera là que pour quelques heures et les discussions se concentreront sur la situation à Hodeidah et (sur) la possibilité d’éviter toute opération militaire sur le port », a déclaré un responsable à Reuters.

MISSILES SUR RIYADH

Les forces de défense antiaérienne saoudiennes ont intercepté dimanche deux roquettes sur Riyad, envoyant des débris de plusieurs mètres vers les zones résidentielles.

Des pièces sont tombées près de la mission américaine dans la capitale saoudienne et dans une école du quartier diplomatique. Des débris ont déclenché un incendie sur un chantier de construction situé à 10 km plus au sud et sont tombés sur le toit d’une résidence privée, mais les responsables saoudiens ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de victimes.

« Nos roquettes atteindront des endroits auxquels l’ennemi ne s’attend pas », a déclaré le porte-parole de Houthi, Mohammed Abdul-Salam. « Plus l’agression et la guerre se poursuivent, plus nos capacités de missiles balistiques sont grandes. »

Le porte-parole de la coalition, Turki al-Malki, a déclaré que les avancées de l’alliance sur Hodeidah et d’autres fronts poussaient les Houthis à essayer de projeter leurs forces à travers de telles attaques.

Les forces soutenues par la coalition ont saisi l’aéroport de Hodeidah la semaine dernière et ont consolidé leur emprise dans la région alors que davantage de combattants Houthi, principalement armés de fusils d’assaut Ak-47, étaient déployés dans la ville et autour du port.

Les Nations Unies craignent que de violents combats n’aggravent la crise humanitaire la plus urgente au monde, avec 22 millions de Yéménites dépendants de l’aide et environ 8,4 millions de personnes qui seraient sur le point de mourir de faim.

Les Houthis ont indiqué qu’ils seraient prêts à remettre la gestion du port aux Nations Unies, ont indiqué des sources à Reuters. Un responsable américain a déclaré que Washington demandait instamment aux Saoudiens et aux Emiratis d’accepter l’accord.

Les Etats arabes disent qu’ils doivent reprendre Hodeidah pour priver les Houthis de leur principale source de revenus et les empêcher de faire de la contrebande dans des missiles fabriqués en Iran, accusations rejetées par le groupe et Téhéran.

La coalition a promis une opération militaire rapide pour prendre en charge l’aéroport et le port maritime sans entrer dans le centre-ville, afin de minimiser les pertes civiles et maintenir le flux de marchandises. (Écrit par Ghaida Ghantous, édité par William Maclean)

Cet article a été publié pour la première fois dans Reuters

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Reuters Accueil

ru


Diffuser l'info