Un rabbin prédit des «temps historiques» pour les Juifs et les Musulmans du Golfe

Diffuser l'info

05/02/19

Le chef religieux et président de la Fondation pour la compréhension ethnique prédit que les relations diplomatiques entre un ou deux États du Golfe et Israël pourraient être établies dès la fin de cette année. (Photo AN / Ziyad Alarfaj)

  • Le chef religieux et président de la Fondation pour la compréhension ethnique prédit que des relations diplomatiques entre un ou deux États du Golfe et Israël pourraient être établies dès la fin de cette année.
  • Il existe cinq centres interconfessionnels associant des pays du CCG, le centre saoudien étant situé à Vienne, en Autriche.

ABOU DHABI: Le Moyen-Orient est sur le point de se lancer dans une nouvelle ère «historique» de coopération entre juifs et musulmans, selon Marc Schneier, «Rabbi du Golfe».

Le chef religieux et président de la Fondation pour la compréhension ethnique prédit que les relations diplomatiques entre un ou deux États du Golfe et Israël pourraient être établies dès la fin de cette année.

Schneier a déclaré à Arab News que le renforcement des relations entre les familles dirigeantes du golfe Arabique et d’Israël, ainsi que des intérêts économiques communs, rendait indispensable la nécessité d’une meilleure entente entre les communautés juive et musulmane face à la «menace existentialiste» à laquelle chacun face suite à l’expansion iranienne.

S’exprimant en marge de la Conférence mondiale de la fraternité humaine, qui se tient à Abou Dhabi, et coïncidant avec la visite du pape François aux Emirats Arabes Unis, Schneier a déclaré que la «période était prometteuse» pour toute la région.

«Je n’ai rien contre le peuple iranien et il y a un espoir qu’il reviendra à la raison à ce stade. Mais le régime iranien est une menace pour le Golfe et pour Israël», a déclaré le rabbin.

Il a ajouté que son organisation et lui n’avaient rien contre les musulmans chiites et qu’il entretenait de bonnes relations personnelles avec Ilham Aliyev, président de l’Azerbaïdjan, le seul État chiite officiel au monde à part l’Iran.

Mais Schneier s’attend à ce que des relations encore plus étroites soient établies entre les États arabes du Golfe et Israël. «J’oserais même prédire que nous assisterons à l’établissement de relations diplomatiques entre un ou deux États du Golfe et Israël».

Une autre raison pour améliorer les liens entre Juifs et Musulmans, a-t-il déclaré, est le désir des dirigeants arabes de renforcer leurs liens avec les États-Unis sous le président Donald Trump.

Schneier a déclaré qu’il croyait que les dirigeants arabes étaient toujours «préoccupés» par la question de la Palestine et que l’implication du Golfe pourrait aider à apporter une solution pacifique à la confrontation israélo-palestinienne.

Il n’a pas exclu une visite du pape en Arabie saoudite dans le futur. «Je peux le voir parce que le pape François a un programme très pur. Il doit également établir des relations entre chrétiens et musulmans. Le Royaume va dans la bonne direction en étant plus progressiste et en reconnaissant une foi commune».

La Fondation pour la compréhension ethnique de Schneier, basée à New York, a été créée en 1989 pour apaiser les tensions entre les Afro-Américains et les Juifs aux États-Unis. En 2004, Schneier a estimé qu’il s’agissait d’une «mission accomplie» à cet égard et a décidé d’aborder le problème des relations entre Juifs et Musulmans. «L’un des plus grands défis du XXIéme siècle consiste à combler le fossé qui les sépare», a-t-il déclaré.

En 2007, feu le roi Abdallah d’Arabie saoudite lui avait demandé de participer à une initiative de dialogue interreligieux qui avait eu lieu sous les auspices saoudiennes à Madrid, en Espagne.

Il existe cinq centres interconfessionnels associant des pays du CCG, le centre saoudien étant situé à Vienne, en Autriche. D’autres se trouvent aux Émirats arabes unis, à Bahreïn, à Oman et au Qatar.

«J’aime pouvoir visiter Vienne. C’est une ville multiculturelle et c’est de là que ma famille est originaire avant de s’installer aux États-Unis, après avoir survécu à l’holocauste juif en Europe», a-t-il ajouté.

Samedi dernier, Schneider a assisté à un service de sabbat dans une synagogue juive de Dubaï, centre de culte juif de l’émirat qui répond depuis plusieurs années aux besoins religieux des visiteurs juifs d’affaires en visite aux Émirats arabes unis.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info