Un sondage augure bien de l’avenir de l’émancipation des femmes dans le monde arabe

Diffuser l'info

09/12/19

La pilote de course saoudienne Aseel Al-Hamad remet un trophée à Lewis Hamilton. (AFP)

  • Une étude YouGov montre que 59 pour cent soutiennent les femmes occupant des postes ministériels dans la région
  • Les pays du CCG sont un excellent exemple de femmes excellant dans tous les domaines, selon un expert

DUBAI: L’autonomisation des femmes dans le monde arabe a un brillant avenir, si les conclusions d’une étude YouGov commandée par Arab News pour le Forum de la stratégie arabe sont un indicateur.

Plusieurs développements régionaux récents – les femmes conduisant en Arabie saoudite et une augmentation du nombre de femmes occupant des postes ministériels dans le monde arabe – sont considérés par un nombre important d’Arabes comme positifs.

Une moyenne combinée de 61% a déclaré qu’elle s’attend à voir plus d’autonomisation des femmes dans leur pays d’origine au cours des 10 prochaines années. Cette pensée était plus forte au Levant avec 60%, suivie par les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avec 48% et 44% en Afrique du Nord.

L’étude a interrogé 3 079 arabophones, âgés de 18 ans et plus, de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) pour mieux comprendre leurs préoccupations actuelles et futures sur divers sujets.

Le 24 juin 2018 restera dans l’histoire comme le jour où l’Arabie saoudite a levé son interdiction de longue date de conduite des femmes. Les deux tiers des personnes interrogées ont activement soutenu la nouvelle loi sur la conduite automobile du Royaume, avec seulement 9% d’opposants.

Commentant la position des femmes dans la région MENA, Maria Al-Qassimi, une écrivaine émiratie, a déclaré que les dernières décennies avaient été témoins d’un mouvement mené par les femmes arabes pour redéfinir les normes sociales à travers un appel à «l’égalité des chances et des lois moins restrictives».

Malgré la vitesse rapide des changements de politique, Al-Qassimi dit qu’elle souhaite voir de nouveaux progrès dans la position des femmes dans les sociétés arabes.

 https://twitter.com/arabnews

«J’espère que les politiques et réglementations seront révisées pour permettre aux hommes et aux femmes de trouver un équilibre entre leurs responsabilités et leurs contributions à la maison et au travail», a-t-elle déclaré à Arab News.

Al-Qassimi estime que la situation des femmes et des autres segments «vulnérables» de la société est désormais largement déterminée par des facteurs économiques.

Si les femmes continuaient de jouer un rôle important pour faire avancer les économies arabes tout en démontrant leur «caractère indispensable» au niveau mondial, les pays seraient incités à élargir l’autonomisation des femmes, a-t-elle déclaré.

Al-Qassimi a déclaré qu’il ne faisait aucun doute que les gouvernements du monde arabe reconnaissaient la nécessité de l’autonomisation des femmes pour bâtir des économies et des sociétés plus fortes. Cependant, un changement d’attitude sociale peut nécessiter plus de temps.

 https://docs.google.com/viewerng/viewer?url=https://www.arabnews.com/sites/default/files/userimages/444656/page_4_graphic_standing_of_women.pdf

Al-Qassimi a cité les États du CCG comme un excellent exemple de l’excellente performance des femmes dans presque tous les domaines. Aux Émirats arabes unis, les femmes représentent 70% de tous les diplômés universitaires et détiennent 66% de tous les emplois du secteur public, a-t-elle déclaré.

En Arabie saoudite, le nombre de femmes travaillant dans les secteurs public et privé a augmenté de «282%» au cours de l’année écoulée. « L’espoir n’est pas seulement pour les femmes d’occuper plus de postes de direction, mais de faire pression pour des avancements de carrière plus fondés sur le mérite à travers le CCG », a déclaré Al-Qassimi.

Les femmes occupant des postes ministériels dans la région arabe sont une évolution qui a obtenu un fort soutien de la part des répondants, avec 59% exprimant un sentiment positif, contre 14% qui étaient négatifs.

Parmi ceux qui s’attendent à voir une augmentation encore plus importante du nombre d’Arabes soutenant l’autonomisation des femmes au cours des deux prochaines années, on trouve Injeel Firoz Moti, directrice générale de Catch Communications, une agence qui travaille avec des femmes entrepreneures aux Émirats arabes unis et dans l’ensemble du CCG.

«L’un des progrès que je constate est l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail ainsi que la croissance du nombre de femmes entrepreneures», a déclaré Moti, qui prévoit que davantage de femmes occuperont des postes de direction et dirigeront des opérations sur le marché du travail.

Moti a décrit l’autonomisation des femmes en Arabie saoudite, y compris la nouvelle loi sur la conduite et la modification du code vestimentaire public, comme «créant un précédent» pour de nouveaux changements positifs.

Cela a été étayé par les résultats du sondage sur le droit des femmes de choisir quoi porter: 52% des répondants ont exprimé des sentiments positifs.

Les femmes du monde arabe ont fait de grands progrès pour rompre avec les «normes et traditions sexospécifiques séculaires», dont l’une est la liberté d’apparence, selon Al-Qassimi.

« Ce que les femmes portent n’est malheureusement pas une représentation physique et une expression de qui elles sont, mais de l’honneur et de la chasteté de leurs familles immédiates et élargies », a-t-elle déclaré.

Le sondage a également montré que 24% des personnes interrogées ont choisi l’une des deux options – «préfèrent ne pas répondre» ou «ni d’accord ni en désaccord» – lorsqu’on leur a posé des questions sur le thème des tenues vestimentaires des femmes.

Al-Qassimi a déclaré que certaines sociétés arabes « réagissent aux émotions de peur et de honte », ce qui, selon elle, pourrait être la raison pour laquelle de nombreux répondants à l’enquête étaient en désaccord avec la liberté d’apparition ou ont choisi de ne pas donner d’avis.

D’autres questions de l’enquête portaient sur des sujets tels que le mariage forcé et les crimes d’honneur. Les résultats suggèrent que 77 pour cent du monde arabe sont en désaccord avec la pratique du mariage forcé, avec 67 pour cent des répondants fortement opposés.

« Compte tenu de la vitesse à laquelle nos sociétés évoluent, avec le temps, nous espérons que plus de valeur sera accordée à l’individu et aux choix qu’il fera », a déclaré Al-Qassimi.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info