Visage de: Dr. Shawki Allam, grand mufti d’Égypte

Diffuser l'info

25/12/18

 

Né dans le gouvernorat de Beheira dans le delta du Nil en 1961, Allam a obtenu son doctorat dans la jurisprudence et la charia de l’Université Al-Azhar en 1996.

Connu comme un modéré qui renonce au fanatisme, Allam a gagné le soutien en n’ayant aucune affiliation politique.

Dr Shawki Allam est le 19ème et l’actuel grand mufti d’Égypte à travers Dar Al-Ifta Al-Misriyah. Depuis sa création en 1895, il s’agit de l’institution éducative et du gouvernement égyptiens fondés pour représenter l’islam et d’un centre de recherche juridique islamique.

C’est la première et principale source d’autorité religieuse du gouvernement. Il est perçu comme le représentant religieux symbolique du gouvernement et est capable de prononcer des fatwas sur des questions religieuses. En s’inspirant des traditions coranique et prophétique, il vise à maintenir les musulmans contemporains en contact avec les principes religieux tout en clarifiant et en supprimant les doutes concernant les lois religieuses.

Mardi, Dr Shawki Allam a exprimé ses remerciements et sa gratitude au roi Salman pour son parrainage de la Conférence sur l’unité islamique, qui s’est terminée à La Mecque et a été organisée par la Ligue musulmane mondiale. Allam a souligné son soutien permanent à l’Arabie saoudite en raison de leurs liens avec l’arabisme et l’islam.

Né dans le gouvernorat de Beheira dans le delta du Nil en 1961, Allam a obtenu son doctorat de jurisprudence et de charia de l’Université Al-Azhar en 1996. Avant d’être nommé grand mufti de l’Égypte, il a été président du département de jurisprudence de l’École de la charia de la branche de Tanta de l’Université Al-Azhar.

Reconnu comme un modéré qui renonce au fanatisme, Allam a gagné le soutien en n’ayant aucune affiliation politique. En février 2013, il a été élu grand mufti par le Conseil des chercheurs chevronnés d’Al-Azhar, en remplacement d’Ali Gomaa. Les statuts des grands muftis de l’État d’ Al-Azhar doivent être âgés de moins de 60 ans, avoir travaillé sans interruption dans l’établissement religieux après son éducation, être un érudit de la jurisprudence et de la charia et parler couramment une deuxième langue autre que l’arabe.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info