Les autorités saoudiennes arrêtent 22 personnes et saisissent 600 millions de riyal saoudien dans le « plus grand cas de corruption » de l’Arabie Saoudite

18/10/20

DJEDDAH : Les autorités saoudiennes ont arrêté 22 personnes après avoir saisi plus de 600 millions de riyal saoudien (160 millions de dollars) dans ce qui a été décrit comme « le plus grand cas de corruption dans le Royaume ».

Des enquêteurs criminels de l’Autorité saoudienne de surveillance et de lutte contre la corruption (Nazaha) ont appréhendé 13 employés du gouvernement de la municipalité de la région de Riyad, quatre hommes d’affaires et cinq expatriés travaillant pour des entreprises contractantes pour de graves allégations de fraude.

Au cours de la perquisition des résidences des accusés, les responsables ont trouvé plus de 193 millions de riyal saoudien en espèces cachés dans des plafonds de fortune, une salle de service dans une mosquée, un réservoir d’eau et un coffre-fort souterrain.

Un inventaire des achats de biens immobiliers effectués par les personnes arrêtées à l’aide de fonds illégaux a également été découvert, pour un total de près de 142 millions de riyal saoudien.

En outre, Nazaha a saisi près de 150 millions de riyal saoudien sur les comptes bancaires des personnes arrêtées et, à la suite d’une enquête plus approfondie, l’un des accusés s’est avéré avoir utilisé sa position pour débourser plus de 110 millions de riyal saoudien par l’intermédiaire de la plate-forme de services numériques unifiés Etimad du ministère des Finances pour les entités commerciales.

D’autres transactions corrompues étaient liées à 2,5 millions de RS de cartes prépayées d’épicerie, à près de 150 000 riyal saoudiens de cartes prépayées de carburant et à plus de 4,1 millions de riyal saoudien en devises étrangères.

Les 22 arrestations faisaient partie des 889 affaires de corruption et de discipline récemment traitées par Nazaha

POINTS FORTS

• Au cours des perquisitions des résidences des accusés, les fonctionnaires ont trouvé plus de 193 millions de riyal saoudien en espèces cachés dans des plafonds de fortune, une salle de service dans une mosquée, un réservoir d’eau et un coffre-fort souterrain.

• Un inventaire des achats de biens immobiliers effectués par les personnes arrêtées à l’aide de fonds illégaux a également été découvert, totalisant près de 142 millions de riyal saoudien.

Le consultant juridique, Dimah Al-Sharif, a déclaré à Arab News que l’affaire se démarquait en raison de l’implication d’agents publics qui avaient abusé de leurs positions de pouvoir pour obtenir un gain financier. « Ce type de cas affecte négativement le développement de l’État et de son économie », a-t-elle déclaré.

Ahmed Al-Hussein, porte-parole de Nazaha à Riyad, a déclaré à la chaîne de télévision Al-Ekhbariya qu’outre les conclusions judiciaires, les parties interrogées avaient avoué leurs crimes. « Dans les cas précédents, nous avons eu beaucoup de personnes en question qui étaient déjà à la retraite, mais elles avaient toujours été jugées et n’ont pas échappé à la justice », a-t-il déclaré.

Abdulmajeed Al-Mousa, un consultant juridique à Riyad, a également parlé à la station de l’affaire et a déclaré : « Depuis un certain temps maintenant, nous voyons Nazaha annoncer des arrestations comme celles-ci, ce qui ne peut que prouver que les autorités ont été implacables dans l’arrêt des cas de corruption ».

« Le travail accompli par Nazaha envoie un message clair à quiconque envisageant de se lancer dans de telles tentatives. En même temps, ces efforts protègent les fonds publics».

Al-Mousa a souligné que Nazaha exploite un numéro sans frais permettant aux personnes de signaler tout incident présumé de corruption et qu’elle pourrait également être contactée via les médias sociaux. Les appelants peuvent fournir des informations dans un anonymat complet et même les bénéficiaires de pots-de-vin ont fait preuve de clémence de la part des autorités lorsqu’ils se sont manifestés pour dénoncer la criminalité financière.

L’avocat de Riyad, Faisal Al-Tayie, a déclaré à Al-Ekhbariya: «Cela me rend fier de voir de telles mesures prises contre la corruption, et le niveau de transparence mis en œuvre dans le communiqué publié par Nazaha est sans précédent et détaillé, et cela inspire beaucoup de confiance. »

Il a déclaré que les autorités avaient montré que peu importe la notoriété d’une personne, personne n’était au-dessus de la loi.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le roi Salman annonce de nouvelles mesures liées à la lutte contre la corruption

01/09/20

Le décret royal portant le numéro A / 7 est daté du 12/01/1442 AH (31 août 2020) (Photo SPA)
  • Nombre de fonctionnaires au sein du ministère de la Défense mis sous enquête
  • le Prince Abdelaziz Ben Fahd Ben Turki Ben Abdelaziz Al Saoud, Vice-Gouverneur de la région d’Al-Jouf, est démis de ses fonctions

Le roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud a émis un décret royal dans la nuit de lundi à mardi dans lequel plusieurs mesures liées a la lutte contre la corruption ont été annoncées, notamment au sein du ministère de la Défense où le commandant des forces conjointes saoudiennes a été démis de ses fonctions et nombre de fonctionnaires places sous enquête judiciaire.
Le décret royal portant le numéro A / 7 et daté du 12/01/1442 AH (31 août 2020) stipule ce qui suit :
« Après avoir examiné la Loi fondamentale de la gouvernance publiée par le décret royal n ° (A / 90) du 27/8/1412 AH. Et après avoir examiné le système des régions publié par le décret royal n ° (A / 92) du 27/8/1412 AH. Et après avoir examiné le système des ministres, des sous-ministres et des employés de haut rang qualité, publié par le décret royal n ° (M / 10) du 18/03/1391 AH. Et après avoir examiné le système de service des officiers publié par le décret royal n ° (M / 43) du 28/08/1393 AH, et ses amendements. Et après avoir examiné les deux Ordonnances royales n ° (A / 137) du 6/10/1439 AH, et n ° (A / 267) du 26/09/1438 AH.
Et sur la base de ce qui a été renvoyé par Son Altesse le Prince héritier, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense à la Commission de Contrôle et de Lutte contre la Corruption concernant les transactions financières suspectes qui ont été détectées au ministère de la Défense et la demande d’enquête qui en résulte. Et suivant ce que la commission a soulevé au sujet de l’existence de corruption financière au sein du ministère et l’implication du lieutenant-général Fahd Ben Turki Ben Abdelaziz Al Saoud et le prince Abdelaziz Ben Fahd Ben Turki Ben Abdelaziz Al Saoud, et un certain nombre d’officiers et de fonctionnaires.
Nous avons ordonné ce qui suit:
Premièrement: le service du lieutenant général / Fahd Ben Turki Ben Abdelaziz Al Saoud, commandant des forces conjointes, prend fin immédiatement et il sera envoyé à la retraite et mis sous enquête judiciaire.
Deuxièmement: L’approbation de ce que Son Altesse le Prince héritier, Vice-Premier ministre et ministre de la Défense nous a présenté, pour confier au lieutenant-général Mutlaq Ben Salem Ben Mutlaq Al-Azimaa, chef adjoint de l’état-major général, les taches du commandant des forces conjointes.
Troisièmement: Son Altesse Royale le Prince / Abdelaziz Ben Fahd Ben Turki Ben Abdelaziz Al Saoud, Vice-Gouverneur de la région d’Al-Jouf, est démis de ses fonctions et mis sous enquête.
Quatrièmement: Le renvoi pour enquête de: 1 – Yusuf Ben Rakan Ben Hindi Al-Otaibi, 2 – Muhammad Ben Abdul Karim Ben Muhammad Al-Hassan, 3 – Faisal Ben Abdulrahman Ben Muhammad Al-Ajlan, et 4 Muhammad Ben Ali Ben Muhammad Al-Khalifa.
Cinquièmement: La Commission de Contrôle et de Lutte contre la Corruption doit mener à bien les procédures d’enquête avec tous les militaires et civils concernés, prendre les mesures juridiques nécessaires à leur encontre et relever les résultats obtenus.
Sixièmement: notre décret sera communiqué aux autorités compétentes pour approbation et mise en œuvre ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’agence saoudienne anti-corruption examine 105 cas de corruption dans différents secteurs

09/07/20

Un responsable de Nazaha a déclaré que le Royaume continuerait de poursuivre les cas de détournement de deniers publics
Les affaires concernaient la fraude, la corruption et la corruption financière et professionnelle
RIYAD: L’Autorité saoudienne de contrôle et de lutte contre la corruption (Nazaha) a engagé 105 affaires de corruption dans les secteurs de la santé, de l’intérieur, de l’électricité et de l’éducation.

Les affaires concernaient la fraude, la corruption et la corruption financière et professionnelle.

Un responsable de Nazaha a déclaré que le Royaume continuerait de poursuivre les cas de détournement de deniers publics et d’atteinte aux intérêts de l’État.

L’un des cas concerne l’arrestation de trois employés de Saudi Electricity Co. pour avoir reçu un pot-de-vin d’un montant de 535 000 € (604 570 $) d’une entreprise française et avoir ouvert des comptes bancaires dans un autre pays (à la demande de l’entreprise) pour blanchiment d’argent. Un autre cas est l’arrestation d’un membre du corps professoral de l’université pour avoir demandé un pot-de-vin d’un montant de 80 000 RS (21 328 $) à un certain nombre d’entreprises travaillant sur différents projets à l’université.

Les autorités ont également arrêté un médecin du ministère de la Santé pour avoir enfreint la réglementation dans une installation de quarantaine.

Un général de brigade a été arrêté pour avoir utilisé son véhicule officiel pour faciliter le passage d’un autre véhicule privé à travers les points de sécurité pendant la période du couvre-feu.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)