«Masam», le projet saoudien de déminage qui sauve la vie des Yéménites

04/09/20

Le projet saoudien de déminage des explosifs souterrains (Masam) à travers tout le pays va permettre aux personnes déplacées de rentrer chez elles, selon le directeur du projet (Photo, fournie par Masam)..
  • Les Houthis ciblent les civils en plantant des mines en forme de pierres et en jouets pour enfants dans les villages, les terres agricoles, les écoles, sur les routes et dans les parcs
  • La plupart des mines terrestres récupérées par les équipes de Masam sont fabriquées localement, tandis que d’autres proviennent d’Iran

AL-MUKALLA: Le projet saoudien de déminage (Masam) à travers tout le pays « va permettre aux personnes déplacées de rentrer chez elles », selon le directeur du projet Oussama Al-Gosaibi qui a déclaré que les Houthis, soutenus par l’Iran, avaient planté des dizaines de milliers de mines au Yémen depuis la prise de contrôle de Sanaa à la fin de 2014.

Il a ajouté que les ingénieurs de déminage du projet travaillaient aussi dur que possible pour nettoyer le terrain avant que les civils ne soient touchés. « Il s’agit en fait d’une course contre la montre. », a déclaré Al-Gosaibi à Arab News.

Masam, qui a été créé mi-2018 par le Centre d’aide humanitaire et de secours Roi Salman (KS Relief), vise à débarrasser le Yémen des mines et des engins explosifs. Il forme des ingénieurs de déminage locaux et leur fournit des machines à la pointe de la technologie, en aidant également les victimes des mines anti-personnel.

En juin, KS Relief avait  prolongé d’un an le contrat de Masam pour un coût de 30 millions de dollars.

Al-Gosaibi a affirmé que le projet comptait 32 équipes de déminage. Ils ont traité plus de 180000 mines terrestres, antipersonnel et antichars ainsi que d’autres engins explosifs depuis 2018. Leur action a couvert une superficie de plus de 13 millions de mètres carrés dans les provinces de Marib, Jawf, Shabwa, Taiz, Lahj, Dhale, Hodeidah et Saada.

Par rapport à d’autres pays comme le Liban, où Al-Gosaibi et ses équipes ont également travaillé, une mission de déminage au Yémen est plus dangereuse et ardue. Cela a coûté à Masam la vie de 21 ingénieurs.

« La milice houthie a massivement et sans discrimination installé des mines dans tous les zones », a-t-il déclaré. « Nous récupérons des mines dans des zones purement civiles. Nous les retirons des écoles, des maisons, des fermes, des routes, des terrains de jeux pour enfants et des pâturages. »

Les chiffres recueillis par Masam et le projet de données sur les lieux et les événements des conflits armés, basé aux États-Unis, montrent que les Houthis ont planté environ un million de mines terrestres dans les zones contestées et même dans les zones sous leur contrôle.

« Même si nous tenons à sécuriser et à nettoyer le plus grand nombre de zones minées, les milices posent toujours des mines dans les zones sous leur contrôle. »

Des groupes locaux et internationaux de défense des droits de l’homme affirment que des centaines de civils yéménites ont été tués au cours des cinq dernières années.

Masam a déclaré que les dernières victimes des mines terrestres houthistes étaient deux personnes qui ont été tuées lundi dans la province centrale d’Al-Bayda.

Les médias locaux ont récemment rapporté que des familles entières avaient été tuées à Jawf lorsque des véhicules roulaient sur des mines terrestres posées par des Houthis.

« Les victimes des mines terrestres se comptent par milliers, principalement des enfants et des femmes, et cette effusion de sang ne s’arrêtera que lorsque le Yémen sera entièrement protégé des mines terrestres. Cela reste notre objectif principal », a déclaré Al-Gosaibi.

La plupart des mines terrestres récupérées par les équipes de Masam sont fabriquées localement, tandis que d’autres proviennent d’Iran.

Al-Gosaibi a accusé les Houthis de cibler des civils en plantant des mines terrestres déguisées en pierres et en jouets pour enfants dans les villages, les terres agricoles, les écoles, les routes et les parcs.

Cependant, des milliers de Yéménites qui ont fui les combats dans leurs villages d’origine ont pu rentrer chez eux grâce aux efforts du projet. « En sécurisant ces zones, nous avons aidé des milliers de personnes déplacées à retourner en toute sécurité dans leurs maisons, leurs fermes et leurs écoles », a déclaré Al-Gosaibi.

Les responsables du déminage yéménites ont salué le rôle de Masam en aidant le pays à se débarrasser des mines terrestres et en fournissant aux équipes locales de déminage du savoir et du matériel adéquat.

« Masam est un grand projet survenu au bon moment », a déclaré le major général Ameen Saleh Al-Aqeli, directeur du Yémen Executive Mine Action Center (YEMAC), à Arab News. « Il a réalisé un excellent travail en un temps record. Le nombre de victimes de mines terrestres aurait été beaucoup plus élevé si Masam n’était pas venu au Yémen. Il a sauvé la vie d’un grand nombre Yéménites.

Le YEMAC a reçu le soutien du gouvernement saoudien et d’autres donateurs internationaux qui l’ont aidé à se tenir debout pendant la guerre.

Al-Aqeli a attribué le nombre élevé de victimes civiles à l’amplitude des mines terrestres posées par les Houthis et au manque de sensibilisation de la population, car de nombreux Yéménites déplacés étaient rentrés à la hâte dans les zones libérées avant que les équipes de déminage ne terminent leurs missions.

« En raison de la pauvreté et de la faim, de nombreuses personnes ne tiennent pas compte de nos mises en garde contre le retour dans leurs maisons. Alors ils causent un désastre pour eux-mêmes et pour les autres quand ils reviennent » a conclu Al-Aqeli.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)