Un regard sur le passé de l’Arabie, à travers une collection de livres rares

10/09/20

La bibliothèque publique du roi Abdel Aziz à Riyad a acquis une nouvelle collection de livres rares, qui viennent éclairer l’histoire de la péninsule Arabique. (APS)
  • La bibliothèque publique du roi Abdel Aziz à Riyad a acquis une nouvelle collection de livres rares qui vient éclairer l’histoire de la péninsule Arabique
  • Les régions du nord-ouest du Royaume ont toujours été une destination pour les explorateurs occidentaux, les missions étrangères et les orientalistes, passionnés et assoiffés de connaissance

DJEDDAH: Les livres et les bibliothèques jouent un rôle prépondérant dans la construction de la nation. Pour que les nations prospèrent, il est nécessaire de fouiller profondément dans le passé afin de bâtir un avenir plus solide.

L’Arabie saoudite est bien engagée pour conserver les vestiges de son riche passé – sous la forme de sites historiques et de collections de manuscrits rares sur le passé de la région.

Dans ce contexte, une nouvelle collection de livres rares que la bibliothèque publique du roi Abdel Aziz à Riyad a acquise, vient éclairer l’histoire de la péninsule Arabique. Elle est riche en informations archéologiques et linguistiques sur les civilisations qui ont autrefois prospéré dans le nord-ouest du Royaume.

Le Dr Abdelrahman al-Orabi est professeur d’histoire moderne et de relations internationales à l’université du Roi Abdel Aziz. Selon lui « beaucoup de ces livres rares sont écrits par des voyageurs de différentes nationalités: des Anglais, des Français et des Allemands. De nombreuses découvertes ont été réalisées grâce à leurs explorations ».

Sean Foley, professeur d’histoire de l’islam et du Moyen-Orient à l’université d’État du Tennessee, a confié à Arab News que « la nouvelle collection aidera les universitaires du monde entier à mieux comprendre le Royaume ».

Il ajoute: « Les universitaires comme moi, qui se concentrent sur leurs études sur l’Arabie saoudite, le Moyen-Orient et l’histoire du monde, apprécieront énormément cette collection. C’est à travers elle que l’on remarque clairement que l’histoire du Royaume a été, pendant longtemps, un sujet d’intérêt – vu par le monde entier comme une terre mystérieuse et lointaine. »

Les régions du nord-ouest du Royaume ont toujours été une destination pour les explorateurs occidentaux, les missions étrangères et les orientalistes, passionnés et assoiffés de connaissance. Les écrits des voyageurs musulmans sur l’histoire et la géographie de cette région sont également nombreux. Malheureusement, leurs ouvrages n’ont jamais été traduits en latin, autrefois la lingua franca de l’Europe, avec pour résultat un manque de connaissances qui a motivé les Occidentaux à explorer cette partie du monde.

Travels in Arabia Deserta (Voyages dans l’Arabie déserte) est l’un de ces ouvrages. L’auteur, Charles M. Doughty, qui avait visité le nord de la péninsule entre 1875 et 1877, a écrit sur les trésors archéologiques de Madain Saleh.

À la même époque, un voyage scientifique mène l’explorateur français Charles Huber en Arabie. Il est accompagné de M. Euting, un expert en inscriptions sémitiques. En 1891, dans leur livre intitulé Journal of a Journey to Arabia (Journal d’un voyage en Arabi, tous les deux décrivent en détail les inscriptions sémitiques de la région.

Pour achever ce que Doughty, Huber et Euting avaient commencé, Jaussen et Savignac sont envoyés en Arabie en 1907 et 1914. Leur étude détaillée, Mission en Arabie comprend trois volumes.

Dans l’ouvrage, la description des inscriptions et des antiquités découvertes dans la région montrent la ressemblance du site avec Pétra. Certaines inscriptions mentionnent même le nom du sculpteur.

« Leurs écrits portent sur les transcriptions et les civilisations des régions de Tayma, Tabuk et Madain Saleh. Depuis plusieurs générations, leurs ouvrages sont officiellement archivés et conservés », a déclaré M. Al-Orabi à Arab News.

C’est au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle que la région a été le théâtre d’expéditions des explorateurs occidentaux. Ils la visitaient à des fins personnelles, religieuses, politiques, scientifiques ou historiques.

« Le Royaume a connu, ces dernières années, de nombreuses recherches scientifiques portant sur son histoire. La nouvelle collection aidera sans aucun doute les chercheurs à mieux comprendre le Royaume ainsi que son importance dans l’histoire du Moyen-Orient et du monde », a déclaré M. Foley.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)