Dr Dalal Ali Al-Rubaishi, membre du conseil d’administration de l’Institut national pour le développement de l’éducation professionnelle

19/01/21

Dr Dalal Ali Al-Rubaishi

Le Dr Dalal Ali Al-Rubaishi est membre du conseil d’administration de l’Institut national pour le développement de l’éducation professionnelle.

Le ministre de l’Éducation Hamad Al-Sheikh a ordonné la formation du conseil d’administration chargé de gérer les affaires de l’institut.

En 1998, Al-Rubaishi a obtenu une licence en littérature anglaise de l’université du roi Saud, à Riyad. En 2011, elle a obtenu un MBA de l’Université du Prince Sultan, basée à Riyad.

Elle a ensuite obtenu un doctorat en gestion avec un accent sur la stratégie, les affaires internationales et l’entrepreneuriat de Royal Holloway, Université de Londres, Royaume-Uni. Sa thèse portait sur «L’impact de la richesse socio-émotionnelle sur l’orientation entrepreneuriale et la planification de la relève des PME familiales en Arabie saoudite».

Al-Rubaishi est professeure adjointe au College of Business Administration de l’Université de la Princesse Nourah bint Abdulrahman (PNU) depuis septembre 2015.

De février 2016 à octobre 2017, elle a travaillé comme vice-doyenne des études supérieures et de la recherche scientifique au collège. De 2012 à 2015, elle a été chargée de cours dans le cadre de son décanat de l’année préparatoire au PNU.

Auparavant, elle a travaillé comme chargée de cours à temps partiel au College of Business Administration de l’Université du roi Saud pendant six mois à compter de septembre 2011.

Al-Rubaishi a participé à plusieurs conférences universitaires à travers le monde et chez lui dans le Royaume.

Elle a reçu un certificat de distinction académique de l’ambassade royale saoudienne à Londres et un certificat similaire du Saudi Cultural Bureau à Londres. Elle a également reçu le «Meilleur Ph.D. Prix de proposition de recherche ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La participation des femmes saoudiennes à la science augmente

16/01/21

Asrar Damdam, fondatrice / PDG de UVERA et étudiante au doctorat à la KAUST en génie électrique et informatique. (Fournie)

Selon une étude de 2020 publiée sur statista.com sur la répartition par sexe des diplômés en STEM 2018 en Arabie saoudite, les communications et l’informatique sont les plus populaires parmi les femmes diplômées.
DJEDDAH: Au cours des cinq dernières années, les femmes saoudiennes ont fait de grands progrès dans les domaines scientifiques et, avec le soutien du gouvernement, le meilleur semble encore à venir.

Les femmes saoudiennes sont maintenant des leaders dans leurs domaines de recherche, et beaucoup sont devenues doyennes, directrices de centres de recherche et plus encore.

Dans une interview accordée à Al-Arabiya, Hind Al-Zahid, sous-secrétaire à l’autonomisation des femmes au ministère des Ressources humaines et du Développement social, a déclaré que «le pourcentage de femmes dans les STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) est plus élevé que les hommes dans le Royaume. »

Selon une étude de 2020 publiée sur statista.com sur la répartition par sexe des diplômés en STEM 2018 en Arabie saoudite, les communications et l’informatique sont les plus populaires parmi les femmes diplômées.

Asrar Damdam, fondatrice et PDG d’UVERA, est l’une des nombreuses Saoudiennes qui non seulement poursuivent des études en STEM, mais travaillent également pour l’autonomisation des femmes en leur offrant des opportunités d’emploi.

Elle a déclaré à Arab News qu’elle poursuivait sa passion et qu’elle avait obtenu une licence en génie électrique et informatique suivi d’une maîtrise. «Maintenant, je suis titulaire d’un doctorat étudiant à l’Université du roi Abdullah des sciences et de la technologie. Ce n’était pas un début facile mais dès que je suis entrée sur le marché du travail il y a cinq ans, de nombreuses entreprises étaient non seulement accueillantes pour les femmes, mais beaucoup cherchaient à les employer. Les temps ont changé et de plus en plus de femmes explorent leurs options dans divers domaines scientifiques. »

La technologie. Ce n’était pas un début facile mais dès que je suis entré sur le marché du travail il y a cinq ans, de nombreuses entreprises étaient non seulement accueillantes pour les femmes, mais beaucoup cherchaient à les rejoindre.

Asrar Damdam, fondatrice et PDG d’UVERA

Avec sa société basée dans la Silicon Valley, elle a ouvert un syndicat dans le Royaume. Damdam a constaté que ses récentes recrues féminines sont passionnées par leur travail et accomplissent les courbes d’apprentissage nécessaires pour exceller dans leurs domaines respectifs.

«Leur éthique de travail est exceptionnelle et leur passion se fait sentir alors qu’elles continuent de fournir des informations et de trouver des moyens innovants pour atteindre les objectifs de l’entreprise», a-t-elle déclaré. «C’est grâce à leur passion qu’elles sont en mesure de contribuer et cela n’aurait pas été possible sans les programmes qui nous ont fourni, ainsi qu’aux nombreuses femmes travaillant dans les domaines des STIM, ces opportunités.»

Cela a été réaffirmé par Al-Zahid, qui a évoqué la volonté de l’Arabie saoudite de promouvoir l’autonomisation des femmes et de leur offrir des postes adéquats correspondant à leurs domaines d’expertise.

«Les chiffres racontent l’histoire», a-t-elle déclaré, ajoutant que les marqueurs internationaux ont montré que la volonté du Royaume d’autonomiser les femmes sur le marché du travail dépasse les attentes.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Dr Manal Al-Malki, doyenne de l’Université de Jazan

01/01/21

Le Dr Manal Al-Malki

Le Dr Manal Al-Malki a récemment été nommée doyenne de la Faculté de santé publique et de médecine tropicale de l’Université de Jazan. Elle en est la vice-doyenne depuis décembre 2017.

Elle a travaillé à l’université en tant que chargée de cours entre août 2014 et janvier 2017, et travaille comme professeure adjointe depuis février 2017.

Al-Malki est titulaire d’une licence en informatique de l’Université de Taif, d’une maîtrise en technologies de l’information de l’Université de Melbourne et d’un doctorat en informatique de la santé de la même université en 2016.

Elle a été chercheuse à l’Université de Melbourne entre avril 2012 et juillet 2016.

À la Commission saoudienne des spécialités de la santé, elle a dirigé le groupe de travail sur le cadre des compétences en informatique de la santé entre mars 2018 et décembre 2018.

L’objectif du projet est d’élargir le domaine de l’informatique de la santé dans le Royaume à travers la création d’un cadre de compétences qui définit les connaissances et les compétences de base qui sous-tendent cette spécialité.

Al-Malki est reconnue par la Healthcare Information and Management Systems Society en tant que leader de l’innovation et sélectionnée pour être l’un des 50 futurs leaders attendus de l’informatique de la santé.

Elle s’intéresse à l’utilisation des dispositifs portables et des applications pour l’autogestion de la santé dans les milieux cliniques, l’informatique de la médecine du mode de vie, l’auto-quantification de la santé, la population en santé, l’informatique de la santé des consommateurs et les concepts et principes de changement de comportement connexes, les technologies de l’information sur la santé et la santé mobile.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Hausse de 120% du nombre d’employés féminins dans les industries saoudiennes

08/12/20

Cette photo prise le 18 décembre 2018 montre une vue de gratte-ciel le long de la route du roi Fahd dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP)

MODON révèle une stratégie réussie d’autonomisation des femmes
RIYAD: Les femmes saoudiennes trouvent plus d’emplois alors que les organismes privés et gouvernementaux s’efforcent d’atteindre des femmes qualifiées dans tous les secteurs économiques du Royaume.

L’Autorité saoudienne pour les villes industrielles et les zones techniques (MODON) a révélé que le nombre de femmes saoudiennes travaillant dans les villes industrielles qu’elle supervise a augmenté de près de 120%, atteignant 17000 travailleuses à la fin du mois de mars de cette année.

Khalid Al-Salem, directeur général de MODON, a déclaré que l’autorité «a parcouru un long chemin» et s’efforce toujours d’autonomiser les femmes dans le secteur industriel.

Il a ajouté que MODON a rendu le secteur industriel plus attractif pour les femmes grâce à des produits, services et solutions de financement innovants qui correspondent à leur rôle important dans l’économie nationale. Les incitations pour les travailleuses comprennent le lancement d’oasis industrielles, caractérisées par la disponibilité de crèches, de places de stationnement et de centres médicaux et de loisirs.

«Ces oasis hébergent des industries propres telles que les industries médicales et alimentaires, les industries du caoutchouc et de haute technologie, ainsi que des usines préfabriquées soutenant les femmes entrepreneurs et les petites et moyennes entreprises», a-t-il déclaré.

FAITS EN BREF

• 12 villes industrielles situées dans la région de Riyad emploient 11 750 femmes.

• 13 villes industrielles situées dans la région de l’Ouest emploient 3 500 femmes.

• 10 villes industrielles situées dans la région de l’Est emploient 1 750 travailleuses.

Al-Salem a ajouté que 2021 verra le lancement de petites usines préfabriquées pour permettre les investissements des femmes dans la ville industrielle de Dammam, une première pour le Royaume.

«MODON continue d’autonomiser les femmes en tant qu’employées et en tant qu’investisseuses en créant un environnement modèle en partenariat avec les secteurs public et privé», a déclaré le directeur général de MODON.

Il a ajouté qu’un accord avait été signé avec une compagnie d’assurance pour fournir des services complets aux investisseurs dans les villes industrielles.

Il a déclaré: «MODON cherche à soutenir la productivité des femmes en leur offrant un environnement optimal pour leur travail. Par conséquent, il a signé un mémorandum d’accord avec une société de développement de bâtiments pour mettre en œuvre des programmes de crèches et de jardins d’enfants dans les villes industrielles et les oasis sous la direction du Ministère de l’éducation. »

Al-Salem a déclaré que la stratégie visant à autonomiser l’industrie et à accroître les talents locaux vise à activer le rôle des femmes dans le développement industriel conformément à la Vision 2030 de l’Arabie saoudite visant à renforcer leur rôle dans l’économie nationale.

«MODON a réussi à augmenter le nombre de femmes saoudiennes dans les villes industrielles, atteignant 17 000 employées à la fin du premier trimestre 2020, contre 7 860 à la fin de 2018», a-t-il ajouté.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Reem A. Alfrayan, directrice exécutive du Secrétariat saoudien du G20

20/09/20

  • Alfrayan a obtenu sa licence en enseignement et formation techniques de l’Université d’État de l’Ohio en 2001
  • Elle est la directrice exécutive du Secrétariat saoudien du G20 depuis janvier 2019

Le Dr. Reem A. Alfrayan est la directrice exécutive du Secrétariat saoudien du G20 depuis janvier 2019.

Commentant sur l’autonomisation des femmes dans le Royaume, elle a récemment affirmé lors d’une émission télévisée : « Nous avons dépassé le stade du rêve ; grâce à la Vision 2030, ces rêves sont devenus réalité. Nous avons à présent besoin de nouveaux rêves ».

Elle a été la première femme à être nommée assistante secrétaire générale au Conseil des Chambres saoudiennes en septembre 2014.

Alfrayan a obtenu sa licence en enseignement et formation techniques, développement de la main d’œuvre et enseignement de l’Université d’État de l’Ohio en 2001.

En 2002, c’est une maîtrise en technologies pédagogique et politique des médias et en leadership de la même université qu’elle décroche.

Alfrayan a poursuivi une deuxième maîtrise en leadership et organisation de l’éducation à l’Université de Californie à Santa Barbara en 2013 et fait un doctorat dans le même domaine et dans la même université en 2014.

Après avoir obtenu sa première maîtrise, elle a travaillé comme superviseure d’unité de technologie pédagogique au siège de  l’Université arabe ouverte au Koweït en 2003. Entre 2005 et 2006, Alfrayan a occupé le poste de spécialiste de la formation pour le Projet national de développement des ressources humaines du tourisme à l’Autorité générale du Tourisme et du Patrimoine national.

Après avoir travaillé comme responsable de la planification administrative et du développement du traitement à la Cité médicale du roi Abdul Aziz, elle devient directrice générale des affaires des femmes d’affaires au Conseil des Chambres saoudiennes entre octobre 2007 et janvier 2010.

De plus, Alfrayan participe activement à des travaux bénévoles.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Un métier de passion: un guide touristique saoudien présente au monde les merveilles de l’Arabie saoudite

18/09/20

Les plages, les îles, les plaines, les montagnes et les déserts, ainsi que le patrimoine culturel et la civilisation uniques de l’Arabie saoudite, lui confèrent un potentiel touristique illimité, affirme M. Al-Took. (Photos Fournies)

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le ministère saoudien des AE nomme une femme à un poste de DG, une première

25/08/20

Ahlam bint Abdelrahman Yankasar devient la première femme à occuper un poste de directrice générale au ministère. (Fournie)
  • Mme Yankasar occupera le poste de directrice générale du département des Affaires culturelles
  • Elle a prononcé le discours du Royaume à la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies lors du débat général sur la promotion de la femme

RIYAD : Nommée par le ministère saoudien des Affaires étrangères, Ahlam bint Abdelrahman Yankasar devient la première femme à occuper un poste de directrice générale au ministère.

Mme Yankasar occupera le poste de directrice générale du département des Affaires culturelles.

Auparavant, Yankasar travaillait au sein de l’équipe du bureau du sous-ministre des Affaires étrangères pour les affaires politiques et économiques.

Elle a été chef adjointe de la section économique et culturelle de l’ambassade saoudienne à Londres et a été en charge du dossier économique et culturel au sein du département Amérique du Nord du ministère des Affaires étrangères.

Yankasar a également travaillé comme coordinatrice diplomatique au Secrétariat général du comité des ambassadeurs saoudiens en Europe.

Elle a prononcé le discours du Royaume à la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies lors du débat général sur la promotion de la femme.

Elle est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires internationales de l’université de Londres.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Maha Al-Nuhait, directrice générale de Saudi Telecom

07/08/20

Maha Al-Nuhait

Maha Al-Nuhait est la directrice générale du programme de développement durable chez Saudi Telecom Co. (STC). Elle est membre du conseil d’administration d’institutions publiques et privées et membre du Youth Business Council de Riyad.

Al-Nuhait travaille depuis plus de 20 ans avec les secteurs public, privé et tiers, en plus d’être une mère à plein temps, de travailler en tant qu’entrepreneure et de mentor dans des organismes à but non lucratif.

Elle est membre du conseil d’administration de la Fédération saoudienne de tir à l’arc de l’Autorité générale des sports et de la Chambre de commerce et d’industrie de Riyad, et mentor en affaires au Dulani Business Center en plus de son travail avec STC.

Elle a auparavant été conseillère en communication d’entreprise au ministère de l’Énergie dans le domaine des mines. Elle a cofondé Athar Consultancy, une société saoudienne spécialisée dans l’élaboration et l’exploitation de stratégies, programmes et initiatives d’investissement social. Elle a été l’une des premières petites et moyennes entreprises de la région à se spécialiser dans le conseil en investissement social et la mesure de l’impact.

Elle travaillait à Monshaat, l’Autorité générale des petites et moyennes entreprises (SMEA). Elle a été conseillère du gouverneur, consultante sur le développement durable et l’excellence de l’engagement communautaire avec les programmes SMEA. Elle est ensuite devenue la PDG du Biban SME Forum and Exhibition.

Al-Nuhait est titulaire d’une licence en traduction anglaise de l’Université du roi Saud et d’un diplôme supérieur en administration et gestion des affaires de l’Institut d’administration publique.

Elle possède un certificat du programme Executive Education de la Harvard Business School et un certificat de l’Ashridge Executive Education Business School de la Hult International Business School.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’ambassadeur du Royaume-Uni salue la nomination de la première femme saoudienne au poste d’attachée culturelle

07/08/20

L’ambassadeur de Grande-Bretagne en Arabie saoudite a salué jeudi la nomination du Dr Amal bint Jameel Fatani en tant qu’attachée culturelle au Royaume-Uni. (Fournie)

Fatani a été nommée l’une des premières femmes attachées culturelles du Royaume
Elle est titulaire d’un doctorat en pharmacologie et toxicologie de l’Université de Strathclyde
RIYAD: L’ambassadeur de Grande-Bretagne en Arabie saoudite a salué jeudi la nomination du Dr Amal bint Jameel Fatani en tant qu’attachée culturelle au Royaume-Uni.

Fatani a été nommée l’une des premières femmes attachées culturelles du Royaume par le ministre saoudien de l’Éducation, Hamad bin Mohammed Al-Sheik, au début du mois.

L’ambassadeur Neil Crompton a tweeté jeudi: «#Félicitations au Dr Fatani @FataniAmal pour sa nomination en tant qu’attachée culturelle au #UK. Je suis ravi qu’elle soit elle-même une ancienne élève britannique. Je lui souhaite le meilleur dans son nouveau rôle et je suis impatient de renforcer les liens interpersonnels entre le Royaume-Uni et l’Arabie saoudite.

Fatani est titulaire d’un doctorat en pharmacologie et toxicologie de l’Université de Strathclyde. Elle a obtenu sa maîtrise et sa licence en pharmacologie et toxicologie au Collège de pharmacie de l’Université du roi Saud (KSU), où elle est actuellement professeure associée.

Elle a précédemment travaillé au ministère de l’Enseignement supérieur et à la KSU, et a été parmi les premières femmes diplômées en pharmacie du Royaume.

Après avoir obtenu son doctorat, elle a été nommée vice-présidente du département de pharmacologie et toxicologie. Elle est la première femme doyenne des neuf collèges scientifiques et médicaux, et a travaillé avec le recteur, les adjoints et les doyens des collèges masculins pour construire un plan stratégique unifié pour obtenir l’accréditation, un classement mondial plus élevé et la mise en œuvre les meilleures pratiques internationales dans l’enseignement supérieur.

L’Arabie saoudite et le Royaume-Uni entretiennent des relations importantes et de longue date, renforcées par les liens individuels forts que les Saoudiens entretiennent avec le Royaume-Uni grâce à leur fréquentation d’établissements universitaires. Des centaines d’étudiants saoudiens boursiers sont diplômés des meilleurs établissements d’enseignement britanniques.

Les deux pays sont des partenaires stratégiques clés dans le plan de réforme du Royaume saoudien Vision 2030 et ont réaffirmé leur engagement à construire et développer le commerce et l’investissement, ainsi qu’à parvenir à une prospérité partagée pour leurs citoyens.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)