L’Arabie saoudite accueille son premier tournoi de golf féminin… dans des bulles

10/11/20

Les joueuses auront accès à une piste de bowling et des salles de sport dans leurs hôtels (Photo fournie)

Plus de 1 500 tests de dépistage du coronavirus seront effectués durant les évènements, avec trois tests au moins pour chacune des 110 joueuses
Le Saudi Ladies Team International sera le premier tournoi de l’histoire du golf féminin qui verra des professionnelles s’associer à des amateurs dans une compétition officielle.
DJEDDAH : L’Arabie saoudite ouvre à nouveau ses portes aux événements de sport internationaux diffusés en direct, et ce dans des zones sécurisées, alors qu’elle se prépare à organiser son premier tournoi de golf professionnel féminin.

En plus de «bulles», un environnement biosécuritaire sera mis en place Ville économique du roi Abdallah (KAEC) pour la durée de la compétition. Les tournois de golf de niveau élite de l’European Ladies Tour débutent la semaine prochaine.

Le tournoi Aramco Saudi Ladies International, dont on estime le coût à 1 million de dollars, est présenté par le Fonds d’investissement public du Royaume, et aura lieu du 12 au 15 novembre. Le Saudi Ladies Team International quant à lui, avec un budget de 500 000 dollars, se déroulera du 17 au 19 novembre.

Les bulles accueilleront entre 500 et 600 personnes sur trois semaines, et plus de 1 500 tests de dépistage du coronavirus seront effectués durant les évènements, avec trois tests au moins pour chacune des 110 joueuses. Les caddies et le personnel du tournoi seront également testés.

Les joueuses du Ladies European Tour ainsi que le personnel de l’évènement seront testés pour la Covid-19 à leur arrivée à la KAEC et avant d’être autorisés à accéder aux zones sécurisées. Elles resteront dans des hôtels pour toute la durée de l’évènement.

Ces mesures ont été mises en place pour assurer la santé et la sécurité générales. Tous les aspects de la sécurité des joueurs et du personnel sont contrôlés par des spécialistes indépendants, experts en évaluation de risques et en bonnes pratiques envers la Covid-19. Parmi eux, on compte le Dr Andrew Murray, conseiller clé de Sport England et conseiller technique de l’Organisation mondiale de la santé.

Les symptômes seront contrôlés quotidiennement à l’intérieur des bulles, avec des plans d’urgence en place.

«Nous avons construit une zone sûre et sécurisée afin que le Royaume accueille de nouveau le sport international tout en respectant les mesures de précaution contre la Covid-19. La zone est conçue pour garantir un environnement sécurisé pour accueillir les golfeuses du Ladies European Tour, mais également protéger la communauté en général. Cette manifestation sportive historique permet de montrer que l’Arabie saoudite est prête à accueillir de nouveau les grands événements mondiaux, tout en développant le sport merveilleux du golf, et en inspirant la prochaine génération de jeunes et de golfeurs saoudiens» déclare Majed Al-Sorour, PDG de Golf Saudi et de la Fédération saoudienne de golf.

Le tournoi se tiendra au Royal Greens Golf & Country Club, adapté pour respecter les mesures de précaution, et qui sera désinfecté tout au long de la préparation et de la durée des deux événements.

Une distance physique de deux mètres doit être maintenue à tout moment, exception faite des joueuses et des caddies.

En dehors des terrains de golf, les joueuses auront accès dans leurs hôtels à une piste de bowling, une salle de jeux, un écran de cinéma, des salles de sport et des piscines.

Les deux tournois attireront les meilleures golfeuses du monde. Le Saudi Ladies Team International sera le premier tournoi de l’histoire du golf féminin qui verra des professionnelles s’associer à des amateurs dans une compétition officielle. Les joueuses professionnelles participent elles-mêmes pour la première fois à un tournoi dans le Royaume

Ce tournoi marque le retour des évènements sportifs internationaux majeurs au Royaume, alors que le pays vise à inspirer la nouvelle génération dans le cadre du plan de réforme de la Vision 2030.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La ligue de football féminin renforcera l’écosystème sportif saoudien, selon le président de la SFA

06/11/20

Le prince Khaled déclare que la SFA véhicule les aspirations de la Ligue de football féminin qui sont celles d’une société saine et active. (Photo fournie)

La première Ligue de football féminin d’Arabie saoudite jouera un rôle important dans l’objectif de la Fédération du sport pour tous d’intégrer les femmes dans la scène sportive du Royaume
• Les Saoudiens veulent voir chacun inclus dans le sport, quel que soit son âge ou ses capacités, qu’il soit une femme ou un homme
DJEDDAH : La première ligue de football féminin (WFL) d’Arabie saoudite jouera un rôle important dans l’objectif de la Fédération du sport pour tous (SFA) d’intégrer les femmes sur la scène sportive du Royaume, a déclaré le président de la SFA, le prince Khaled ben Walid ben Talal al Saoud.

Alors que les préparatifs étaient en cours après la conclusion des inscriptions le 30 septembre, le prince Khaled a fait part à Arab News des attentes et des espoirs de la SFA pour le tournoi.

«La WFL donne aux femmes la possibilité de se perfectionner dans le sport, que nous considérons comme un élément très important pour renforcer notre communauté saine et active et l’écosystème sportif du pays dans son ensemble», explique-t-il.

Le président de la SFA considère la WFL comme un pas en avant vers la réalisation de l’objectif de la SFA de faire en sorte que 40 % de la société devienne active d’ici à 2030. «À quoi le public peut-il s’attendre? À de bons matchs, forts et équitables, joués par nos athlètes de tout le Royaume», ajoute-t-il.

Le prince Khaled déclare que la FSA véhicule les aspirations de la Ligue de football féminin qui sont celles d’une société saine et active.

«Enthousiasme, fierté et sentiment d’accomplissement – le public est déjà investi pour voir les femmes et les filles mener une vie saine et active en participant à tous les types de sports», poursuit-il. «Les Saoudiens veulent que tout le monde puisse faire du sport, quel que soit l’âge ou les capacités, que l’on soit une femme ou un homme. Les championnats dans tous les sports et activités sportives sont une excellent chose pour le moral de tous, et c’est inspirante!»

Prince Khaled ben Alwaleed ben Talal al Saoud (photo fournie)

En ce qui concerne les attentes de la SFA à l’égard de la première ligue de football féminin, le prince Khaled explique que, lorsque les femmes rejoignent la ligue, elles «militent pour que d’autres y adhèrent», et encouragent le bien-être, la santé, la remise en forme, l’inclusion et l’accomplissement.

La WFL a été étroitement soutenue par le ministère des Sports, ajoute le président de la SFA. Il remercie également les personnes qui travaillent dans le cadre du programme Quality of Life pour leur soutien. «L’équipe de Quality of Life veut vraiment que chaque femme saoudienne ait la possibilité de poursuivre sa passion pour le sport et le bien-être dans le cadre de notre travail collectif dont l’objectif est de faire du plan de Vision 2030 une réalité», explique-t-il.

Le programme Quality of Life vise à accroître la participation du public aux sports, à des événements professionnels aux niveaux régional et mondial et à créer des possibilités de divertissement qui répondent à ses besoins d’ici à 2030.

En attendant, de nombreuses équipes de football féminines populaires devraient participer à la ligue, notamment les Jeddah Eagles, les Miraas et les Kings United.

Avec l’apparition de la pandémie de coronavirus, la date de la WFL, initialement annoncée pour février, n’a pas encore été fixée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les footballeuses saoudiennes enthousiasmées par la prochaine ligue

13/10/20

Hala Mansouri. (Photo Fournie)

«Depuis l’enfance, je savais que je voulais être footballeuse»
«Sur le plan social, le travail d’équipe m’a énormément enrichie»
DJEDDAH: Alors que les femmes dans le Royaume poursuivent leurs rêves sportifs, notamment dans le football, sport n° 1 du pays, la perspective de la Saudi Women’s Football League (WFL – Ligue saoudienne féminine du football) se fait de plus en plus pressante.

La Fédération saoudienne des sports a d’abord annoncé le lancement de la WFL pour février, l’apparition de la pandémie du coronavirus (Covid-19) a retardé son démarrage.

L’attente a été longue, mais les footballeuses saoudiennes se sont entraînées tout au long de la période de confinement.

La sélectionneuse Bireen Sadagah a déclaré à Arab News: «Les Jeddah Eagles (l’une des équipes sélectionnées pour jouer dans la WFL) se sont entraînées de façon très sérieuse en vue de la ligue, sur et en dehors du terrain, afin d’améliorer leur forme physique et mentale.»

Elle a ajouté: «Le confinement ne nous a pas empêchées de vouloir nous perfectionner. Nous avons continué la formation chez nous du mieux que nous pouvions, avec l’espace et l’équipement disponibles, y compris des entraînements et des exercices de football. Ensuite, dès que cela a été possible, nous avons repris un entraînement régulier, à raison de trois fois par semaine, ainsi qu’un travail individuel de récupération et de remise en forme.»

Hala Mansouri, étudiante saoudienne en publicité, âgée de 22 ans, joue au football depuis l’âge de 6 ans, alors qu’elle vivait au West Virginia, aux États-Unis, où elle a rejoint la World Alliance de la YMCA, tombant amoureuse de ce jeu.

De retour au Royaume des années plus tard, elle joue par intermittence, mais en ayant conscience de ses aptitudes, et rejoint les Jeddah Eagles en tant que gardienne de but dès la levée du confinement.

«J’avais l’habitude de jouer au football et au basket-ball lorsque je vivais aux États-Unis, selon les saisons, mais je préfère jouer au football depuis que je suis rentrée à Djeddah», confie-t-elle à Arab News.

Expliquant ce qui fait la particularité d’un gardien de but, elle explique que ce n’est pas aussi difficile que de jouer à d’autres postes, mais que la différence tient au fait que les gardiens de but ont une vision globale du jeu, doivent garder un œil attentif sur le ballon et se concentrer, tout en gardant leur sang-froid.

«Nous pouvons parler à nos coéquipières pour les guider, mais la différence est dans notre entraînement spécifique, car les gardiens de but doivent moins courir que les autres joueurs. J’utilise tout mon corps pour bloquer le ballon, alors que les attaquantes doivent surtout s’inquiéter de marquer des buts. En tant que gardienne, ma seule inquiétude est que le ballon passe la ligne de but », ajoute Mansouri.

Bien que les gardiennes de but soient parfois moins appréciées, souligne-t-elle, l’entraînement est toujours rigoureux, long et indispensable. «Les gardiennes sont la dernière ligne de défense dans le football.»

La jeune athlète explique que le football lui procure un sentiment de liberté, loin des distractions quotidiennes. «Dans un match, je ne pense à rien; tout est mis en sourdine, comme une parenthèse pendant un moment. C’est une sensation très agréable.»

«Je suis vraiment très fière que les femmes aient trouvé énormément de soutien en ce qui concerne la poursuite de leurs rêves dans le sport, et nos familles peuvent être fières de nous pour l’avoir fait», indique-telle. «C’est une belle sensation, même si nous avons commencé plus tardivement que d’autres pays, au moins, nous en sommes arrivées là où nous en sommes désormais, et je ne pourrais pas en être plus fière.»

Jusqu’ici, seules les Saoudiennes seront autorisées à jouer, mais cela n’a pas freiné l’enthousiasme des autres footballeuses du Royaume.

La joueuse yéméno-saoudienne de 24 ans, Shahad Saif, qui joue pour le Miraas FC de Jeddah en tant qu’arrière gauche, explique qu’elle joue au football avec sa famille à Djeddah depuis l’âge de 10 ans.

«Je joue au football avec ma famille et mes frères depuis que je suis enfant. Je n’avais pas l’occasion de jouer avec un groupe exclusivement féminin. Ainsi, en grandissant, j’avais pris l’habitude de louer un terrain et de jouer au football avec différentes filles qui aiment le sport et jouent sans entraînement et sans exigences spécifiques», confie-t-elle à Arab News.

Le football a toujours représenté une partie importante de sa vie et a eu de l’influence sur toutes ses habitudes et décisions. «Trouver un groupe pour jouer était très important, alors que la seule chose que nous pouvions faire à l’époque était d’aller au gymnase.»

Le club de Miraas a été créé à Djeddah il y a un an, et l’arrière gauche en fut l’une des fondatrices. «Nous avons fourni tout ce dont les filles ont besoin pour jouer au football.»

Partageant le même sentiment, Amal Gimie, âgée de 26 ans, milieu de terrain érythréenne des Kings United de Djeddah, joue depuis l’âge de 8 ans. Même si elle ne participe pas non plus, cela ne l’empêche pas de suivre sa passion et d’améliorer ses compétences.

«Il y avait un match tous les week-ends, les garçons nous faisaient jouer au début en tant que gardiennes de but, et, en 2002, quand j’ai vu la Coupe du monde féminine pour la première fois, ma passion pour ce sport est née», a précisé à Arab News Gimie, également diplômée en informatique de gestion. Elle a rejoint sa première équipe féminine de football «Challenge» à Riyad en 2014.

«C’était la première fois que je rejoignais une structure officielle. J’étais heureuse de jouer, mais, en même temps, j’avais l’impression que c’était un objectif inaccessible, j’avais l’impression de vieillir sans rien accomplir», ajoute-t-elle.

Le milieu de terrain explique que les règles du football ont influencé son caractère.

«Je suis quelqu’un qui a besoin de passion pour vivre. Je ne peux pas vivre sans avoir un objectif. Depuis l’enfance, je savais que je voulais être footballeuse », confie-t-elle. «Il y a toujours eu chez moi une volonté de poursuivre et de réaliser quelque chose. Le football a changé ma personnalité et renforcé ma détermination ainsi que mon goût d’apprendre. C’était un rêve que je n’étais pas sûre de réaliser un jour, mais j’étais déterminée à continuer. Sur le plan social, le travail d’équipe m’a beaucoup appris, ainsi que sur la façon d’entretenir des relations avec les gens. La sélectionneuse des Kings United, Elham Al-Amri, confie à Arab News que les femmes, athlètes et formatrices, et toute personne intéressée par le football, ont enfin l’opportunité de montrer leur amour pour ce jeu.

«Ce qui est encore plus passionnant, c’est la participation des joueuses de Kings United pour représenter la Ligue saoudienne», précise-t-elle. «Nous, à la Kings United, avons offert à nos joueuses l’ensemble des techniques et enseignements nécessaires pour augmenter leurs chances de participer à la Ligue.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Une Saoudienne se présente à la présidence d’un club sportif

15/09/20

Awatef al-Sahoo (n’apparaît pas sur la photo) a expliqué à Arab News que sa candidature est inspirée par sa conviction que le rôle des femmes est important dans la société. (AFP/Fichier)
  • Cette décision est une première pour la scène sportive du Royaume
  • Le Royaume est prêt à entendre ce que les femmes ont à offrir dans le domaine du sport

DJEDDAH, LA MECQUE: De fan à coprésidente d’un club saoudien entièrement masculin… L’amour du football est profondément ancré chez Awatef al-Sahoo, la première femme saoudienne à briguer la présidence d’un club.

Cette décision est une première pour la scène sportive du Royaume. Jeudi dernier, Al-Sahoo a présenté sa candidature à la présidence du conseil d’administration du club Al-Qalaa FC à Al-Jouf, et devient ainsi la première femme saoudienne à franchir le pas.

Elle n’est pas seule sur la liste des postulants, mais Al-Sahoo souhaite présenter un dossier qui se concentre sur la création d’un Conseil des sports féminins au service du sport en Arabie saoudite, et elle espère que son projet sera validé par la communauté sportive.

Elle explique à Arab News que sa candidature est inspirée par sa conviction que le rôle des femmes est important dans la société, en particulier pour les athlètes féminines. Pour elle, les sportives apportent un équilibre et une image d’intégration et peuvent être des exemples de femmes qui développent au mieux leur potentiel.

Son histoire commence par son mariage avec l’athlète Ahmed al-Sahoo qui lui ouvre la porte du monde du sport. Aujourd’hui, soutenue par son mari et sa famille dans ses choix, cette fan des compétitions sportives est très enthousiaste à l’idée de devenir présidente d’Al-Qalaa FC.

« Ma maison est devenue un centre de gestion pour le club et ses affaires, une deuxième maison appréciée et soutenue par tous », raconte-t-elle.

Al-Sahoo n’a pas peur de perdre les élections dans deux semaines. Telle une vraie sportive en compétition, elle marque sa volonté de participer avant tout. « En exerçant mon droit de vote, je veux établir une chaîne sportive communautaire capable de développer la société de manière culturelle, sociale et moderne, conformément aux normes les plus élevées et aux nouvelles technologies qui permettent le succès et l’excellence », poursuit-elle.

L’année dernière, Kholoud Attar est devenue l’une des premières femmes à rejoindre un club de football. Elle dirige désormais le centre des médias Al-Wehda FC à La Mecque. Elle explique à Arab News que le Royaume est prêt à voir ce que les femmes ont à offrir dans le domaine du sport.

« J’admire toujours les femmes qui contournent les questions de genre et qui se concentrent uniquement sur le fait de consacrer leur temps à quelque chose de nouveau. Je pense que c’est une décision très courageuse et je suis sûre qu’elle fera un excellent travail », affirme Attar.

« Je soutiens pleinement sa décision. En effet, en travaillant dans le domaine du sport et en gérant Al-Wehda FC, j’ai réalisé que le Royaume était prêt à l’excellent travail des femmes et à toutes les opportunités qu’elles peuvent offrir dans ce domaine. »

La décision audacieuse d’Al-Sahoo est certainement un bon début pour un système intégré, mais aussi un système qui a gagné le respect des femmes de la région.

De nombreuses personnes sur les réseaux sociaux ont salué sa candidature qu’ils considèrent comme « courageuse et influente ».

Al-Sahoo poursuit : « Mon succès aux prochaines élections serait le succès de toutes les femmes saoudiennes ambitieuses qui veulent montrer au monde qui elles sont, ce qu’elles peuvent offrir, et qui se battent pour qu’adviennent ces moments historiques qui feront partie intégrante de la marche des femmes saoudiennes courageusement impliquées dans tous les domaines.

Pour Ahmed al-Sahoo, son mari, dont la présidence d’Al-Qalaa FC a récemment pris fin, sa nomination est un souhait dont elle attend la réalisation avec impatience.

« Elle est une figure dominante qui porte les espoirs et les ambitions des citoyens d’Al-Jouf, et son échec aux élections serait une déception pour toutes les femmes ambitieuses de sa génération.

Et d’ajouter: « Il est important de soutenir et d’encourager les femmes dans leurs ambitions dans le domaine du sport et d’assurer leur succès. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Une assistante sociale aide les femmes athlètes du club d’Al-Wehda

31/08/20

Mada Bazaid, assistante sociale, a été récemment engagée par le club saoudien de football Al-Wehda afin d’aider les athlètes à exploiter leur potentiel et à atteindre leurs objectifs. (Photo Fournie)
  • Mada Bazaid, assistante sociale, a été récemment engagée par le club saoudien de football Al-Wehda afin d’aider les athlètes à exploiter leur potentiel et à atteindre leurs objectifs
  • Bazaid, titulaire d’une maîtrise de sociologie, est la première femme recrutée par un club de football professionnel en Arabie saoudite

LA MECQUE: Voilà qu’une nouvelle voix féminine, qui s’est consacrée à la promotion de la santé et du bien-être des sportives, rejoint un club de football pour guider et soutenir ses athlètes.

Mada Bazaid, assistante sociale, a été récemment engagée par le club saoudien de football Al-Wehda afin d’aider les athlètes à exploiter leur potentiel et à atteindre leurs objectifs. Bazaid fait désormais partie du conseil d’administration du club.

Son travail consistera à améliorer le statut de la célèbre association sportive saoudienne  et à attirer de nouveaux membres qui l’aideront à progresser et à se développer.

Le sport constitue souvent un moyen de capter l’attention de la société en mettant en avant des causes sociales, ainsi qu’un outil pour promouvoir la santé. Pourtant, il est nécessaire de canaliser toutes les énergies afin de créer un changement. À présent, les assistantes sociales ont la possibilité de contribuer à ce changement, avec le soutien et la collaboration de différents acteurs de la communauté sportive.

Bazaid, titulaire d’une maîtrise de sociologie, est la première femme recrutée par un club de football professionnel en Arabie saoudite. On attend de son travail qu’il provoque des transformations sociales et psychologiques au cours des prochains jours. Cette décision illustre le rôle positif que jouent les femmes dans plusieurs secteurs, dont le sport. Elle montre aussi les efforts déployés par le Royaume pour l’autonomie des femmes.

Dans un entretien avec Arab News portant sur l’impact du service social sur le sport, Bazaid a affirmé qu’il favorisait le développement de la société et l’expansion des activités. « Le sport est l’un des secteurs où la présence des assistantes sociales est primordiale. Elles aident les joueurs à atteindre un équilibre psychologique et social en recourant à des méthodes professionnelles avancées », précise Bazaid.

L’assistante sociale a évoqué les plus grand défis et les plus grands obstacles qu’elle a rencontrés, en tant que femme saoudienne, ainsi que les moyens qui lui ont permis de les surmonter.

Les Saoudiennes ont atteint des stades très avancés dans plusieurs domaines

« Les Saoudiennes ont atteint des stades très avancés dans plusieurs domaines. Le rejet et l’acceptation sont des phénomènes tout à fait naturels. Cependant, les Saoudiennes ont fait preuve de beaucoup de persévérance. La Vision 2030 du Royaume exige la participation de toutes les composantes de la société sur le marché du travail, surtout lorsque nous parlons d’une société vitale au sein de laquelle les hommes comme les femmes doivent œuvrer afin de répondre à ses aspirations », souligne Bazaid.

Interrogée sur les moyens de créer un équilibre entre les deux sexes dans le monde du sport, Bazaid a signalé que l’idée de créer des groupes d’âges au sein du club Al-Wehda pouvait aider à « former des joueurs exceptionnels, dans un environnement sûr ». Elle ajoute: « Mon rôle en tant qu’assistante sociale des différents groupes d’âge sera de rappeler les objectifs du travail social, thérapeutique, préventif, et relatif au développement. »

La participation des Saoudiennes au monde du sport ne se limite pas aux terrains, aux bancs ou à l’administration. Avec cette décision, les assistantes sociales apparaissent comme de nouvelles actrices qui veillent à intégrer le travail social à toutes les dimensions de l’activité sportive, pour le bien-être des individus et de la société. Cela permet d’attirer l’attention sur les besoins et les défis des athlètes, de développer leurs points forts et de leur proposer des conseils psychologiques, si nécessaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Quatre femmes remportent le premier championnat de cyclisme saoudien

29/08/20

  • Le premier championnat de cyclisme féminin d’Arabie saoudite a couronné les quatre coureuses les plus rapides de l’épreuve
  • Le programme de la Fédération saoudienne de cyclisme a repris après l’approbation des mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus émises par les autorités sanitaires en coopération avec le ministère des Sports

RIYAD : Le premier championnat de cyclisme féminin d’Arabie saoudite a couronné les quatre coureuses les plus rapides de l’épreuve.

Dix coureuses cyclistes venant des quatre coins du Royaume ont pris part à ce contre-la-montre organisé dimanche dans le district d’Al-Mahalla à Abha et supervisé par la Fédération saoudienne de cyclisme.

Ahlam Nasser Al-Zaid a été la plus rapide à compléter la course de 13 km avec un temps de 22 minutes (min) et 18 secondes (s). Anoud Khamis Al-Majed est arrivée deuxième, en 25 min et 39 s. Alaa Al-Zahrani s’est classée troisième en 26 min et 57 s. Enfin, Noura al-Sheikh a fini quatrième en 27 min et 4 s.

Le programme de la fédération a repris après l’approbation des mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus (Covid-19), émises par les autorités sanitaires en coopération avec le ministère des Sports.

Le directeur des opérations et conseiller technique de la Fédération saoudienne de cyclisme, Abdellah al-Mizyad, a déclaré à Arab News : « Nous avons repris nos championnats, y compris les 5e et 6e Championnats pour les jeunes et les adultes, qui se sont tenus pour la première fois à Al-Bahah, suivis de l’événement Le Champion du Royaume, pour les jeunes, les adultes et les femmes à Abha. Cette reprise était la conclusion des championnats saoudiens de cyclisme pour Le Champion du Royaume. »

« La participation de jeunes et d’adultes et les catégories hommes et femmes étaient ouvertes à tous, ce qui était très enthousiasmant pour les femmes engagées dans la compétition. »

Al-Zahrani a ajouté : « Sept cyclistes concouraient dans la catégorie femmes et faisaient partie de mon équipe. »

La coureuse a commencé à s’entraîner avec un coach personnel il y a sept ans. En 2018, elle a rencontré la capitaine de l’équipe Rawasi, Sherine Abou axsl-Hasan, qui l’a initiée à la randonnée. « Nous avons gravi les montagnes de Sabha et Souda en Arabie Saoudite et de Shams à Oman. En 2019, je voulais pratiquer un nouveau sport car j’aime découvrir de nouvelles choses. J’ai des amis qui aiment faire du vélo comme passe-temps et ils m’ont encouragée à faire de même. »

« En 2020, on m’a présenté la capitaine de l’équipe de cyclisme, c’est alors que j’ai commencé à pratiquer à titre professionnel. Un mois avant le championnat, nous avons commencé l’entraînement et nous l’avons terminé avec succès », a ajouté Al-Zahrani.

Elle explique que la Fédération saoudienne de cyclisme a donné aux coureuses la chance de réaliser leurs rêves et d’atteindre leurs objectifs dans le sport.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite dévoile sa nouvelle et ambitieuse académie sportive

30/07/20

Le Président de la FIFA, Gianni Infantino, a félicité le Royaume pour le lancement de son nouveau projet sportif. (Photo, Mahd Sports Academy)

La Mahd Sports Academy, une académie sportive visant à développer une « génération dorée » de sportifs saoudiens
De nombreuses personnalités du monde du football se sont félicitées de cette initiative
RIYAD : L’Arabie saoudite a enfin dévoilé le projet très attendu de la Mahd Sports Academy, une académie sportive, visant à former une nouvelle génération de champions sportifs saoudiens. La nouvelle structure mise en place par le Royaume sera accessible à tous les enfants saoudiens de 6 ans à 12 ans, pour les sports individuels et collectifs, et s’adressera aux deux sexes.
Le Président de la FIFA, Gianni Infantino, a félicité le Royaume pour le lancement de son nouveau projet sportif et de nombreux entraineurs et personnalités du ballon rond se sont également réjouies de cette nouvelle initiative, de Jose Mourinho à Fabio Capello, en passant par Roberto Mancini et Edwin Van der Sar.
On s’attend à ce que la Mahd Academy devienne au cours de la prochaine décennie l’une des plus grandes académies sportives au monde, visant à former une nouvelle « génération dorée » de sportifs, qui permettra au Royaume de jouer les premiers rôles lors de grands événements régionaux, continentaux et mondiaux. Cette nouvelle académie permettra de répondre à une série d’échecs sportifs des Saoudiens, en particulier dans le football : l’Arabie saoudite avait été défaite 5-0 par la Russie à la Coupe du Monde 2018 et n’a pas remporté la Coupe d’Asie en 2019.
Malgré ces revers, l’Arabie saoudite a pris une place importante dans le monde du sport ces dernières années en organisant nombre d’événements sportifs de haut niveau, comme les Super Coupes d’Espagne et d’Italie, le Dakar, la Formule E et le championnat du monde de boxe poids lourds. L’Académie de sport récemment créée est la conséquence logique de ces événements, et a pour objectif de développer des talents locaux à même de rivaliser à l’échelle mondiale.

L’académie recherchera des joueurs en deux étapes : à l’école primaire, plus de 10 000 professeurs d’éducation physique aux côtés des scouts formeront des jeunes joueurs et chercheront à découvrir de nouveaux talents. La deuxième étape prévoit que les enfants sélectionnés rejoindront des centres de découvertes de talents. Le pays en comptera 44 d’ici la fin de l’année 2025.
Son Altesse le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal, ministre des Sports, s’est exprimé au sujet de la nouvelle académie : « Ce projet est un rêve pour l’Arabie saoudite, la nation se concentrant désormais sur la création de talents saoudiens qui pourront rivaliser à l’échelle mondiale, et rendront leur pays fier »
Abdulla bin Faisal Hammad, le directeur exécutif de la Mahd Sports Academy, a pour sa part expliqué : « Nous avons plus d’1,7 million d’élèves à l’école élémentaire qui font du sport une heure par semaine, mais leurs talents ne sont pas reconnus avant d’atteindre l’âge de 14 ans. À cet âge, il est plus difficile de façonner un champion. Si nous pouvons nous connecter avec eux plus tôt et leur fournir une meilleure formation, nous serons en mesure de créer de meilleurs joueurs efficacement »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Avec la Mahd Sports Academy, l’Arabie saoudite va former une nouvelle génération de champions sportifs

24/07/20

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, et le ministre des Sports, le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal. (Photo Arab News).

L’Arabie saoudite poursuit sa stratégie de développement du sport en lançant la Mahd Sports Academy, qui s’annonce comme l’une des plus grandes académies sportives au monde
La Mahd Sports Academy vise à former une nouvelle génération de champions sportifs saoudiens au cours des prochaines années
RIYAD : Le développement du sport en Arabie saoudite ces dernières années va connaître une nouvelle étape avec le lancement d’un nouveau projet appelé Mahd Sports Academy, grâce au soutien du prince héritier Mohammed ben Salman.

C’est le ministre des Sports du Royaume, le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal qui a fait la promotion de cette nouvelle académie sportive par le tweet « Le temps est venu », suscitant un grand intérêt des Saoudiens sur la Toile. Dans le même temps, la Mahd Sports Academy a lancé son propre compte en tweetant : « Beaucoup de choses ont été perdues et le temps de tout rattraper est venu ».

Un clip d’un petit garçon tenant un ballon de football a été également partagé sur la plateforme de médias sociaux, avec la légende suivante : « Le temps est venu pour vous exprimer ». La veille, le même compte a partagé une vidéo d’une petite fille tenant une raquette de tennis, et enfin, celle d’un garçon dans une piscine. Si ces photos de jeunes Saoudiens ont été choisies pour faire la promotion de la nouvelle académie, ce n’est pas un hasard : la Mahd Sports Academy sera accessible à tous les enfants saoudiens à partir de 6 ans, et selon des sources d’Arab News, et s’adressera aux deux sexes.

La Mahd Sports Academy, dont les détails seront révélés la semaine prochaine, sera l’une des plus grandes académies sportives au monde, visant à former une nouvelle génération de champions sportifs saoudiens au cours des prochaines années, afin qu’ils puissent représenter le Royaume lors de grands événements régionaux, continentaux et mondiaux. L’Arabie saoudite espère améliorer son bilan sportif lors d’événements comme la Coupe du monde et les Jeux olympiques.

Le président de l’Autorité générale des sports, Abdulaziz bin Turki Al Saud, a récemment affirmé à la BBC : « En 2015, seulement 13 % des Saoudiens pratiquaient une activité sportive une demi-heure ou plus par semaine. L’objectif est d’atteindre les 40 % d’ici à 2030 ». Coopérant avec le directeur général de Saudi Arabian Leadership Institute, Abdullah bin Faisal Hammad et le ministère de l’Éducation, le prince Abdulaziz a travaillé avec les professeurs d’éducation physique et les enfants âgés de plus de 6 ans, afin de dénicher de nouveaux talents dans des villes d’Arabie saoudite. Ceux-ci seront ensuite formés et suivis par des entraîneurs expérimentés.

Le ministère des Sports a également conclu plus de 40 accords avec des universités sportives, dans lesquelles des étudiants saoudiens ont été inscrits. Parmi celles-ci figurent la Real Madrid University, la prestigieuse université Harvard ou encore la Dutch University of Johan Cruyff.

Ces nouvelles ambitions s’inscrivent dans le plan de réformes « Vision 2030 » lancé en 2016 par Mohammed Ben Salman, et visant à préparer l’après-pétrole en diversifiant les ressources de l’économie. Depuis quelques années, le Royaume a accueilli des événements sportifs de grande ampleur comme les Super Coupes d’Espagne et d’Italie, le Dakar, la Formule E et le championnat du monde de boxe poids lourds.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Reema bint Bandar est nommée membre du Comité international olympique

18/07/20

La princesse Reema bint Bandar bin Sultan a été élue membre du Comité international olympique (CIO) lors de sa session de vendredi. (Twitter: @alekhbariyatv)

La princesse Reema est ambassadrice de l’Arabie saoudite aux États-Unis depuis février 2019
Sebastian Coe, chef du World Athletics (Athlétisme mondial), et quatre autres élus au CIO
DJEDDAH: La princesse Reema bint Bandar Al Saud a été élue membre du Comité International Olympique (CIO) lors de sa session de vendredi.

«Honorée d’avoir été élue membre du CIO. Merci au gardien des deux saintes mosquées le roi Salmane, SAR le prince héritier, et le prince Abdul Aziz bin Turki Al-Faisal (président du Comité olympique saoudien) pour leur soutien. Ce fut un honneur de servir ma communauté à travers le langage universel du sport », a déclaré la princesse sur son compte Twitter officiel.

Honoré d’être élue membre du #CIO. Merci au gardien des deux saintes mosquées, le roi Salman, SAR le prince héritier, et @AbdulazizTF pour leur soutien. Ce fut un honneur de servir ma communauté à travers le langage universel du sport. @iocmedia @saudiolympic pic.twitter.com/vLsNltgz0c

– Reema Bandar Al-Saud (@rbalsaud) 17 juillet 2020

Cinq candidats – trois femmes et deux hommes – ont été nommés membres de la commission exécutive du CIO.

La 136ème session du CIO, dirigée par son président, le Dr Thomas Bach, s’est tenue en ligne vendredi et la princesse Reema a été votée comme première femme saoudienne à occuper ce poste. La princesse Reema est la troisième Saoudienne à ce poste après le regretté prince Faisal bin Fahd bin Abdulaziz Al Saud (1983-1999) et le prince Nawwaf bin Faisal bin Fahd Al Saud (2001-2014).

Sebastian Coe, le chef de l’Athlétisme mondial, l’ancienne présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic, le membre du conseil d’administration du Comité olympique cubain (COC) Maria de la Caridad Colon Ruenes et le président par intérim du Comité national olympique mongol Battushig Batbold ont également été élus au CIO.

La princesse Reema est ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis depuis février 2019 et est la première femme à occuper ce poste. Elle a fréquenté l’Université George Washington, où elle a obtenu une licence en études muséales.

En octobre 2018, elle a été nommée présidente de la Fédération de la participation de masse, faisant d’elle la première femme à diriger une fédération multisports au Royaume, un rôle qu’elle a occupé jusqu’à sa nomination en tant qu’ambassadrice saoudienne aux États-Unis.

La princesse Reema est membre du conseil consultatif de la Banque mondiale pour l’Initiative de financement des femmes entrepreneurs depuis 2017. Elle est membre du Comité olympique saoudien depuis 2017 et membre de la commission des femmes dans le sport du CIO depuis 2018.

Le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal, président du Comité olympique saoudien (SAOC), a remercié le roi Salmane et le prince héritier Muhammad bin Salman pour leur soutien continu à tous les sports, à la fois en interne et en externe.

Il a félicité la princesse Reema pour son élection, affirmant que cela confirme la capacité des cadres sportifs saoudiens à être présents au niveau international dans des organisations telles que le CIO, qui est la plus haute autorité sportive du monde, où elle, avec ses collègues, peut œuvrer à la promotion des valeurs olympiques en Arabie saoudite et dans le monde.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)